Un écrin vénitien pour les 90 ans de Madeleine Ponnaz

JPG | C’est avec quelques jours d’avance que Madeleine Ponnaz a reçu la délégation municipale pour marquer son 90e anniversaire dans la belle demeure de style vénitien qu’elle occupe avec son mari Jean-Pierre, à la route de Lausanne à Cully, le 10 juillet dernier. C’est le syndic en personne, accompagné de son huissier, qui a apporté les vœux municipaux à la nouvelle nonagénaire, par ailleurs en pleine forme.

Née à Schaffhouse le 15 juillet 1925, Madeleine Ponnaz-Schudel, qui était fille unique, a accompli ses écoles obligatoires et sa formation professionnelle dans son canton d’origine, à la frontière allemande. Engagée par la Croix-Rouge, elle s’est occupée d’enfants défavorisés par le second conflit mondial, ce qui l’a conduite à la clinique Sylvana à Epalinges, puis, en qualité de laborantine, à ce qui était encore l’Infirmerie de Lavaux et deviendra l’Hôpital de Lavaux. Elle se souvient parfaitement de son arrivée en Lavaux, où, alors qu’elle montait le sentier de l’Hôpital, avec en toile de fond un soleil couchant, elle s’est dite émerveillée: «J’arrive au Paradis».

Dans ce cadre paradisiaque, Cupidon ne pouvait que lancer ses flèches, ce qui la conduira à épouser Jean-Pierre Ponnaz, vigneron, en mars 1949. De leur union sont nés deux enfants, Jean-François et Pierre, qui étaient aussi présents le 10 juillet pour entourer leurs parents. Ceux-ci ont habité la Maison jaune jusqu’à ce qu’ils occupent leur demeure actuelle, construite par les grands-parents en 1890.

Détail, si on ose le dire, le père de la nonagénaire s’était engagé comme mercenaire au service de la Hollande. Certains régiments servirent la Compagnie hollandaise des Indes orientales et, du XIXe au début du XXe siècle, de nombreux mercenaires suisses s’engagèrent dans l’armée royale des Indes néerlandaises, engagée dans d’impitoyables combats dans l’actuelle Indonésie.
La Rédaction souhaite encore de belles années à ce couple apprécié de tous dans la région.