Saint-Saphorin – Le paysage comme ressource dans les vignes de Lavaux

Visite exclusive du Domaine des Faverges le 30 août

Com. |  En 2007, l’imposant vignoble en terrasses de Lavaux, sur les rives escarpées du Léman, a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco en tant que «paysage culturel». Des familles de vignerons cultivent ces terres depuis des générations. Leur travail s’est inscrit dans le paysage. Jusqu’au milieu du XXe siècle, les vignerons de Lavaux complétaient leur activité par des travaux agricoles ou de l’élevage, ou travaillaient avec les gens du Jorat pour obtenir du foin, du fumier et des piquets de vigne. Sur les hauteurs de Lavaux, l’habitat rural est dispersé, tandis que dans les villages vignerons, les maisons sont serrées les unes contre les autres afin de ne pas s’étendre inutilement au détriment des versants propres à la culture de la vigne. Hors des villages, les «capites» – petits bâtiments adossés aux murs de vignes, servant de réduit et d’abri, – les maisons des grands domaines, les tours et les châteaux sont les témoins architecturaux de l’activité viticole. C’est depuis 1979 seulement qu’une réglementation légale sur grande échelle permet de contenir la pression qui s’exerce sur Lavaux, en particulier par la demande de terrain à bâtir. Dans l’ensemble de la Suisse cependant, c’est justement en raison de leur beauté que ces paysages sont menacés. Ils sont perçus et convoités en tant que ressource et facteur d’implantation, ce qui fatalement n’entraîne pas une meilleure protection, mais une pression plus forte encore: les entreprises et leurs employés s’y établissent, l’activité de construction augmente. Ces questions seront abordées dans des exposés et des visites guidées, avec une présentation des vins de la région.

Saint-Saphorin, Domaine des Faverges. Jeudi 30 août, 12h à 18h – Informations supplémentaires : www.lasuissenexistepas.ch