Renaud, le Rimbaud des faubourgs Alain Wodrascka – Editions Favre

Milka |  A l’heure où le prix Nobel de littérature se voit attribuer à un chanteur, Bob Dylan en l’occurrence, j’en viens à penser que Renaud l’aurait aussi mérité. Non que je doute de la prose de Bob Dylan, même si les subtilités de la langue anglaise ne me sont pas familières, il me semble qu’il y a encore tellement d’écrivains qui ont écrit des chefs-d’œuvre et qui attendent leur heure de gloire.

Donc si on en vient à décerner ce prix à des compositeurs-interprètes, eh bien
je vous dis tout simplement que Renaud pourrait aussi y prétendre car il se dégage une vraie poésie de ces textes. Pas la poésie des salons, non, l’autre la poésie de la rue. Car il faut maîtriser l’argot pour le comprendre, il faut avoir vécu des galères pour le ressentir. Ne devient pas fan de Renaud qui veut. Renaud se mérite.

On connaît tous ses chansons, les plus tendres et poétiques comme «Mistral gagnant», les plus engagées «Miss Maggie» et «Manhattan-Kaboul», les plus personnelles aussi «Lola», «En cloque». Bref, il serait difficile de vous les énumérer toutes. Donc, courez sur votre PC pour les réécouter, vous verrez, elles n’ont pas pris une ride.

On a plus ou moins tout dit sur Renaud, qu’il buvait, ce qui est vrai mais Gainsbourg aussi buvait, qu’il était quasiment mort, qu’il ne pouvait plus chanter, que c’était devenu une loque. Eh bien ce rebelle-là, on ne le tue pas comme ça, on ne l’élimine pas d’un revers de bras. C’est qu’il est tenace ce petit gars. Il s’accroche, car il a encore des choses à dire. Même si sa voix physique n’est peut-être plus ce qu’elle était, la voix du cœur elle fonctionne encore et nous procure toujours une émotion comme peu savent le faire. Même si on n’est pas fan inconditionnel de Renaud, ce qui est mon cas, on ne peut que s’incliner devant ce poète qui sait à chaque fois vous mettre les poils à la verticale.

L’auteur le définit comme un Rimbaud des temps modernes. Ce terme lui va bien. Dans cet ouvrage, Alain Wodrascka nous parle des différentes étapes de la vie de ce «titi parisien», mais aussi de son engagement politique, de son succès phénoménal et se poursuit en Provence, où l’artiste vit à l’abri des projecteurs. On y découvre les différents visages de Renaud, l’artiste, le père de famille et l’homme exposé aux turbulences d’une gloire difficile à assumer.

Un ouvrage sobre, sans révélations sensationnelles, même si on y découvre au fil des pages un Renaud qu’on ne connaissait pas mais aussi celui qu’on aime. Nous avons la chance d’avoir un poète comme Renaud ; Renaud, lui, a la chance d’avoir un auteur qui s’est décidé à écrire sur lui de façon aussi élogieuse.

Alain Wodrascka est un biographe spécialisé dans la chanson française. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages consacrés notamment à Barbara, qu’il a connue adolescent, à Claude Nougaro, avec qui il a partagé dix ans d’amitié, ainsi qu’à Francis Cabrel, au duo Souchon/Voulzy. A Serge Gainsbourg, Jacques Brel, Alain Baschung, Michel Berger, Brigitte Bardot, Mylène Farmer ou encore France Gall.