Réaménagement de la route de Lavaux: Lutry informe

Séance d’information du 11 avril

Claude Quartier | Jeudi 11 avril, la salle du Conseil communal de Lutry est bondée: des gens à l’extérieur, des gens debout, plus une place libre. La municipalité informe la population du vaste projet de Réaménagement de la route de Lavaux et de l’arrivée à Lutry du Bus à haut niveau de service (BHNS). 26 communes de la région lausannoise, de Morges à Lutry, ont créé en 2007 le PALM (Projet d’agglomération Lausanne Morges) pour gérer le futur de l’agglomération, qui comptera dans une ou deux décennies, 50’000 habitants de plus. Pour l’Est lausannois, un des projets phares est la création du tronçon Pully-Paudex-Lutry, portion terminale de l’axe fort des transports publics, Bussigny-Lutry. C’est un projet très moderne, voire révolutionnaire par ses objectifs et sa gestion.

Satisfaire tous les usagers 

Primo, il s’agit de réduire le trafic automobile dans l’agglomération en le rendant beaucoup moins attractif. Par exemple, Lausanne va fermer le Grand Pont à la circulation. Quant au projet de l’Est lausannois, il prévoit de retenir par des feux aux heures de pointe le trafic pendulaire venant de Vevey et celui venant de la sortie de l’autoroute à La Conversion. Le pari des aménagistes est, qu’à terme, le trafic pendulaire diminuera, ce qui rendra le trafic local plus fluide. 

Secundo, il faut rendre «l’espace routier» à la collectivité. Actuellement il est entièrement confisqué par les automobilistes. Les bus sont noyés dans le trafic, les cyclistes n’ont qu’une ligne jaune pour les protéger, les piétons cheminent sur des trottoirs mornes et sans charme. A part dans les zones 30 km/h, les autos sont reines. Tout cela va changer. La route de Lavaux sera aménagée dans l’intérêt de tous les usagers. Les bus auront un parcours en site propre; les cyclistes de vraies pistes cyclables; les piétons chemineront sur des trottoirs avenants et les automobilistes rouleront dans un trafic apaisé, fluidifié et sans danger. 

Tertio, la pression sur la voiture augmentant, l’offre en transports publics doit être élargie et proposer une plus-value par rapport au transport individuel. A Lutry, depuis le 4 avril, deux lignes de bus (68, 69) voient leur cadence augmenter et leur parcours redéfini. Dès 2021, les CFF passeront à une fréquence au quart d’heure et les BHNS, véritables «trams sur pneus» offriront plus de places, plus de confort et surtout une meilleure régularité horaire aux heures de pointe grâce à leur voie dédiée. 

Investissement 30 millions, avec des charges annuelles de 1 à 1.2 million sur 30 ans

Photomontage du réaménagement du carrefour du Grand-Pont à Lutry

On imagine bien que pour atteindre ces objectifs, il faut réaliser des travaux d’importance. Pour Lutry, c’est spectaculaire: le Grand-Pont est rasé pour faire place à un vaste rond-point; le carrefour du Voisinand où passe 25’000 véhicules par jour est redessiné et tout le secteur réaménagé. Coût de l’opération pour la commune 30 millions selon les estimations, subventions déduites, soit une charge annuelle de 1 à 1,2 million pour un amortissement sur trente ans. Durée des travaux trois ans, une fois les oppositions levées et les éventuelles expropriations prononcées. Politiquement, le projet est fragile en ce sens qu’il dépend du bon vouloir des communes concernées. Si une des communes partenaires refuse le projet, il perd beaucoup de sa pertinence. Un bus ne peut pas être à «haut niveau de service» sur une commune et devenir une diligence sur la commune voisine! Comme dans la région, il n’y a aucune autorité supérieure qui puisse imposer l’adoption par tous d’un projet donné, les autorités doivent convaincre leurs conseils et leurs citoyens du bien-fondé de ce projet d’envergure. Lutry vient de présenter à la population un projet bien ficelé. Paudex et Pully vont aussi le faire tout prochainement. Quelles seront les réactions de ces trois conseils communaux? Difficile de le dire, car l’opposition peut prendre de multiples visages: opposition au changement, opposition aux coûts, opposition des automobilistes. On est là devant un véritable choix de société. Ne rien faire est impossible voyant l’engorgement du trafic actuel et sa probable augmentation dans les années à venir. Faire le minimum, c’est passer à côté d’une ambition plus large qui cherche à faire de l’agglomération lausannoise autre chose qu’un tissu de routes encombrées de voitures. C’est le message qu’a fait passer la municipalité de Lutry. Les très nombreuses questions qui ont suivi montrent qu’il reste encore beaucoup à faire pour informer et convaincre les gens.