Pour en revenir aux faits

A. Cardinaux-Pires | Petit clin d’œil sur ce passage à piétons. Une bise à décorner les bœufs souffle, je suis contente d’être abritée et au chaud à l’intérieur de ma voiture. J’approche un passage à piétons et là, surprise!
Au fin bord du passage, je distingue un chat blanc tacheté noir, malmené par le courant glacial, les poils hérissés, il a air d’attendre pour traverser. Je m’arrête en me disant que le pauvre doit avoir froid. On sait que les chats aiment le chaud, ils adorent se blottir contre nous tout en ronronnant comme mon regretté chat «Jupiter». Mais pour revenir aux faits, médusée je vois en bon élève le chat passer sans se presser, il m’a même semblé qu’il avait tourné la tête au milieu de la chaussée, pour jeter un œil sur l’autre voie.
Une chose est sûre, j’ai eu le privilège de croiser un chat intelligent, qui a acquis une règle certainement copiée aux humains, usagers de ces passages quotidiennement.