Police Est lausannois, premier rapport d’activité

par Claude Quartier | Fanfare, drapeau, assermentation, garde-à-vous: le rapport annuel de la Police Est lausannois ne manque pas d’allure. Au Forum de Savigny, le jeudi 20 mars, la cérémonie se tenait en présence de toutes les autorités communales et des familles des policiers. Apéritif dînatoire en conclusion: tout montre que l’Association de communes Sécurité Est lausannois (ASEL) et sa police ont fait leur place sur le terrain et dans le cœur des autorités communales.
Quatre communes (Pully, Paudex, Savigny et Belmont-sur-Lausanne), soit 26’000 habitants, bénéficient des compétences 24 heures sur 24 de quelque 60 policiers qui assurent les services de Police secours, de Police de proximité et de Police administrative. Dans une région qui n’est pas le Bronx et où l’insécurité semble être plus souvent dans la tête des gens que sur le terrain, il faut tout faire pour maintenir cette situation favorable. Et pour cela, la police de proximité est irremplaçable.  Elle assure une présence visible et constante sur le terrain ainsi que le contact avec la population et les autorités. La lutte contre les incivilités est conduite en collaboration avec tous les acteurs concernés: services de police voisins et cantonaux, services sociaux, services communaux, sapeurs pompiers et autres. Le commandant Dan-Henri Weber l’affirme: «En matière de prévention, on ne peut pas agir seul, car finalement la sécurité est l’affaire de tous.»
La voie est étroite entre une police Rambo qui fait peur et une police super efficace dans les zones bleues mais ailleurs beaucoup moins. La police est à la fois une institution de service et un corps  répressif. Pas facile de concilier ces deux pôles. Métier difficile, de doigté, de rigueur et de responsabilité, le policier d’aujourd’hui est un polyvalent soumis à des contraintes pas si simples à gérer. Preuve que cela fonctionne dans l’Est lausannois, les contacts entre la police et la jeunesse sont bien meilleurs que ce que l’on dit.

Parcours sans fautes
La Police Est lausannois avec sa politique claire d’intervention et de prévention a réussi pour son premier exercice un parcours sans faute. La population fait appel à ses services (14’000 appels téléphoniques, 9200 visites au guichet). La prévention tourne à plein régime: 36’000 actions préventives dans les cinq secteurs définis sur les quatre communes membres. La circulation routière est tenue au doigt et à l’œil avec 3,5 millions de véhicules contrôlés (8000 amendes d’ordres et 1000 avertissements). La présence sur le terrain est aussi constante que visible.
Martial Lambert, membre du comité directeur et Jean-Philippe Chaubert, président du Conseil intercommunal, ont remercié tour à tour ce corps de police en formation puisqu’il faut encore trouver des forces supplémentaires (hommes et femmes) pour compléter les effectifs.
En fin d’assemblée, Franco Riva, ancien policier, directeur actuel de l’école d’ambulanciers à Genève, a présenté cette formation qui a beaucoup évolué ces dernières années et dont le titre est maintenant reconnu par la Confédération. Il a aussi souligné l’importance de la collaboration entre ambulanciers et policiers sur les lieux d’un drame ou d’un accident et la nécessité d’avoir une répartition claire des tâches entre les intervenants dans l’intérêt du blessé et de l’enquête.