Oron – Les secrets d’un illustrateur divulgués…

Trois jours avec les élèves de l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux, en compagnie de Samuel Ribeyron

Samuel et «Super-Beige»

Gil. Colliard |. Un livre illustré, c’est captivant même pour ceux que la lecture n’attire pas particulièrement. Les images entraînent le lecteur dans l’histoire, les décors sont parlants et les personnages attachants. Mais comment prennent-ils vie? Qui se cache derrière le crayon? Qui mieux qu’un illustrateur pour expliquer les ficelles de son métier. Une rencontre préparée et réussie avec Samuel Ribeyron, que les élèves des 9 classes de 3 et 4P de l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux ont vécu du 22 au 24 mai derniers.

Des gourmandises littéraires pour stimuler l’imagination

Médiatrice du livre, Stéphanie Baur-Kaeser, organise régulièrement des animations lecture à l’établissement scolaire oronais. Une rencontre, il y a quelques années, avec l’illustrateur lyonnais Samuel Ribeyron, lui a soufflé l’idée de l’inviter à présenter son art. En février, passant dans les classes, elle a préparé sa venue, donnant aux élèves, par un petit décor, un jeu de détective et enfin une lettre de Samuel Ribeyron, envie de se plonger dans ses livres. Les semaines qui ont suivi ont été laissées à l’imagination fertile des enseignants pour explorer son univers et préparer sa venue en l’accueillant avec de jolies surprises. Aussi, l’illustrateur très attendu découvrit au fil des classes: une séance de cinéma à la manière de son livre/film d’animation «Beau voyage», un accueil en chanson, une forêt de dessins à la craie dans la cour, un spectacle de dialogues poétiques, une histoire en kamishibaï, de grandes quantités de dessins, des forêts imaginaires avec des bonhommes «tête au carré», son personnage héro «Super-Beige», entouré de super-héros en papier mâché, etc. et même un copieux pique-nique.  

L’imagination carburait à plein régime et quelle rigolade!

Habitué à rencontrer des enfants, Samuel n’a pas mis longtemps à les passionner en leur montrant comment il coupe, colle, sculpte, peint, bidouille et rafistole tout ce qui lui passe sous le nez pour donner vie à ses créations. Il leur expliqua sa conception de l’illustration en trois dimensions, modelant ses personnages en terre, les prenant en photo et campant le décor autour. Les enfants connaissant bien ses histoires, fourmillaient de questions, les yeux et le cœur grand ouverts. Il leur à même divulgué le secret de fabrication de «Super Beige». Mais chut… c’est secret! Il fut interrogé quant à certaines phrases de sa lettre, particulièrement dans une classe qui a attendu une pluie d’astéroïdes gluantes promise dans son courrier «Tu nous a envoyé beaucoup de pluie, mais elle n’était pas gluante!» souligna un élève. En guise de réponse, il leur apprit comment créer, par découpages, leur propre pluie d’astéroïdes. Et comme l’a souligné Stéphanie Baur-Kaeser sur son site Loup-y-es-tu, «Samuel a semé derrière lui tant de sourires et d’envie. De lire, d’inventer, de bricoler… d’oser et de continuer à rêver!».Organisée par l’établissement qui a fourni les ouvrages, dans le cadre de la découverte et du plaisir à la lecture, cette rencontre plus que positive a permis aux élèves de mettre un visage sur un livre, de pénétrer dans l’univers de Samuel Ribeyron, de s’ouvrir aux richesses de leurs propres imaginaires et de voir la lecture sous une autre facette. Mercredi après-midi, une séance de dédicaces a été organisée à la Librairie du Midi, pour laquelle plusieurs enfants se sont déplacés pour retrouver Samuel et un atelier chez Stéphanie Baur-Kaeser (Loup-y-es-tu) a été organisé le samedi 25. 

Samuel apprenant sa technique aux élèves