Oron-le-Châtel – La tête dans les étoiles et les pieds dans la nature

Art  –  Installée en campagne, Diane développe son talent et donne vie à nos belles histoires et traditions

Diane tamponnant ses bijoux

Thomas Cramatte | Une artiste d’Oron-le-Châtel remet au goût du jour les poyas typiques du Pays-d’Enhaut, nous entraînant dans un monde féerique. Entourée par la nature avoisinant sa maison, Diane Herman raconte à travers ses créations les histoires de la vie. S’inspirant de l’art du papier découpé, cette jeune maman recrée l’univers de son enfance. Bijoux, sculptures, dessins, cartes de vœux, décorations, l’artiste à la créativité débordante utilise plusieurs techniques dans ses œuvres. 

Toutes les matières

Depuis toute petite, Diane ressent l’envie de créer, de coordonner son imagination dans ses œuvres. Ne se limitant pas à une seule matière, c’est une véritable touche à tout. Autodidacte, elle n’en est pas moins diplômée de plusieurs écoles d’art. Avec ses papiers de décoratrice et de designer Bijoux-objets HES, Diane possède de solides bases pour concrétiser ses idées. «Je les ai énervés dès mon arrivée à l’école de Genève, car je voulais un bijou bien de chez nous, pas quelque chose de bling-bling» rigole l’artiste. Diplômes en poche, Diane décide de découvrir le monde afin d’ouvrir son regard sur celui-ci. Après de grands voyages, elle s’installe en campagne où elle développe son talent et donne vie à nos belles histoires et traditions.

Technique horlogère

Venant d’une famille d’horlogers, Diane décide d’exploiter plusieurs techniques de ce métier afin de miniaturiser les traditions alpestres. Entre montée à l’alpage, fleurs de montagne et monde féerique, ses œuvres sont emplies de poésie. Il suffit d’échanger quelques mots avec l’artiste pour se rendre compte de l’importance de son art. Elle avoue que cette imagination débordante n’est pas simple à canaliser. « Je pense à tellement de choses, qu’il n’est pas toujours facile de trouver le sommeil ». Dessinés à la main, ses bijoux découpés prennent forme lors de ses insomnies. Synonymes d’artisanat, les œuvres de Diane connaissent un franc succès.

Biennale de Montreux

Pour Montreux, la jeune maman a réalisé « L’arbre de l’amour », exposé sur les quais de la ville lors de la Biennale 2019. Du 9 août au 20 octobre, cette œuvre faite d’acier inox découpé et soudé, reflète les couleurs du lac pour le plus grand bonheur des passants. Ses racines bien plantées transmettent un message parlant : « Symbolisant deux personnages liés par les racines du passé et le futur s’élevant au bout de ses branches, ma création évoque l’abondance et la joie de vivre», précise Diane.

Futur

Dans le futur, l’artiste d’Oron-le-Châtel souhaiterait réaliser plus de sculptures, qu’elles soient métalliques ou en toute autre matière. Son optimisme ne peut qu’être communicatif et nous lui faisons entièrement confiance pour nous émerveiller. 

Première couche de peinture
Les poyas à peindre
L’arbre de l’amour
Pendentifs et bracelets