Oron – Dernière ligne droite avant 2020

Conseil communal du 9 décembre, à Ecoteaux

Thomas Cramatte | Entre un préavis d’investissement pour une liaison d’eau potable, un amendement en faveur des écoliers d’Oron-Palézieux, le budget 2020 et un crédit d’étude à la réalisation d’une gare routière, le dernier Conseil communal de l’année aura réuni quelque 52 conseillers. 

Ouverture

Une fois l’appel achevé par une des secrétaires, c’est au tour du président, Jean-Luc Schwaar, d’entrer en action. Les personnes présentes sont d’abord invitées à se lever afin de procéder à l’assermentation de Nicolas Daeppen en remplacement de Julien Giller. Il tient parole avec diligence et fidélité afin de rejoindre les rangs des conseillers communaux. Philippe Modoux, syndic, prend la parole afin de communiquer plusieurs informations. Notamment en remerciant les personnes impliquées dans le Tour de Romandie. «On pourra organiser une belle fête le 28 avril prochain, le financement pour cette manifestation sportive étant quasi assuré à ce jour», exprime le syndic. A propos de la fusion avec Essertes, une séance d’information sera mise sur pied le 27 février prochain. On pourra alors observer les résultats des commissions ayant travaillé sur cette fusion. Sans suivra la rencontre entre la commission ad’hoc et les deux municipalités, qui se réuniront le 23 mars. La date pour la votation de cette fusion n’est pas encore fixée, mais le syndic précise qu’elle aura lieu au courant de l’automne 2020.

Crédit pour les eaux

Le premier préavis de cette assemblée concerne l’aménagement d’une liaison pour le réseau d’eau potable. Un crédit d’investissement de Fr. 392’000.- est nécessaire pour réaliser cet aménagement entre l’AVGG (Association pour l’adduction d’eau Veveyse-Glâne-Gruyère) et celui d’Oron à Granges-Veveyse. Ce raccordement permettra de créer un approvisionnement de secours pour tout le secteur de part et d’autre de la frontière cantonale. Situé dans la zone industrielle en Grivaz à Palézieux, ce dernier améliorera grandement la défense incendie de cette dernière. Surtout en vue du développement de la zone industrielle. Avec deux avis contraires et une abstention, ce préavis est accepté à la quasi-unanimité. 

Amendement en faveur des écoles

Le président ouvre la discussion autour de ce préavis. C’est la conseillère Monique Ryf qui dépose un amendement afin d’ajouter un montant de Fr. 90’000.- à destination du Groupement scolaire d’Oron-Palézieux. Pour rappel, un arrêté du tribunal fédéral avait décidé que les camps de ski devaient être gratuits, et donc pris en charge par les pouvoirs publics. Monique Ryf mentionne deux possibilités qui s’offrent à la commune. Soit la municipalité décide de compenser ce manque à gagner en augmentant le budget de l’école, soit elle décide de diminuer les sorties scolaires. «Investir pour les enfants, c’est un bon investissement», conclut la conseillère communale. Selon les désirs de cinq conseillers, cet amendement sera voté à bulletin secret. Une fois les bulletins dépouillés, le résultat est parlant: 25 voix en faveur de l’amendement et 25 contres, 2 abstentions. Il ne reste donc plus que la voix du président pour départager ce vote. Jean-Luc Schwaar tranchera en faveur de l’amendement. C’est donc Fr. 90’000.- supplémentaires qui sera attribué pour le Groupement scolaire d’Oron-Palézieux.

Budget 2020

Le rapporteur de la commission des finances, Cédric Ottet prend la parole: «Comme par le passé, le budget 2020 est présenté avec grande prudence», débute le conseiller Cédric Ottet. Le préavis concernant l’ensemble du budget 2020, soit un total de Fr. 24’319’200.- est adopté à l’unanimité par le Conseil communal. La conseillère Laurence Bellon interroge la salle sur le montant de la subvention pour le journal Le Courrier. Le syndic apporte des précisions en examinant les chiffres du chapitre communications du budget 2020. «La subvention au journal se discute chaque année et la commune dispose gratuitement d’un certain nombre de pages», précise-t-il.

Crédit d’étude

La municipalité sollicite un crédit d’étude à hauteur de Fr. 108’000.- afin d’analyser les options qui s’offre à elle, et établir un plan financier à la réalisation de la gare routière à Oron-la-Ville. Le 10 février dernier, le Conseil communal adoptait le crédit pour la construction d’un nouveau collège. Il avait alors été convenu que le montant prévu pour l’aménagement des arrêts de bus et la dépose des élèves fasse l’objet d’un préavis. «Il s’agit bien là uniquement de se prononcer sur le crédit d’étude», rend attentif le conseiller Eric Ramseyer. Cette gare routière permettrait aux élèves et à la population d’avoir un accès sécurisé et garantirait des places de
stationnement aux abords du Centre sportif. Le président rappelle l’amendement en question avant de procéder aux votes. Avec six abstentions seulement, le crédit d’étude est accepté par le Conseil.

Agenda 21

Le municipal Thierry Menétrey conclut ce Conseil communal en présentant l’agenda 21. L’agenda 21 est un carnet de route pour le 21e siècle. Permettant aux communes de fixer des objectifs de développement durable. Meilleure allocation des ressources, diminution de l’impact environnemental, plus de biodiversité, etc. L’agenda 21, c’est aussi de l’intérêt pour les constructions, les routes, les réseaux de proximité, favoriser les productions et la consommation, le maintien de la culture et du patrimoine. Mais c’est aussi la santé et la cohésion sociale. Le vice-syndic, Olivier Sonnay, divulgue encore les résultats de la mise à l’enquête concernant l’antenne 5G au chemin de la Maladaire à Oron-la-Ville. 29 oppositions qui totalisent 347 signatures. Le président, Jean-Luc Schwaar, clôt cette séance en souhaitant à toutes et tous d’excellentes fêtes de fin d’année.

Plan de quartier de La Sauge à Palézieux

Le dossier est prêt à la municipalité. Il est envoyé cette semaine au canton. Ce projet de développement urbain, redimensionné après la mise en application de la LAT (loi sur l’aménagent du territoire), pourra accueillir plus de 1000 habitants au sein de la commune. Il s’agit à ce jour d’une enquête préalable auprès des services cantonaux. Nous y reviendrons en détail dans notre prochaine édition.