Le livre des grands-mères géniales d’Alison Maloney

Milka | Pour être celle que les enfants préfèrent !

Ça c’est un sous-titre qui me plaît bien ! Parce qu’on rêve toutes d’être l’idole de nos petits-enfants. Ce livre ne se limite pas à vous donner les meilleurs plans pour surpasser l’autre grand-mère, la rivale !

Comment réagir lorsque votre fils ou fille vous annonce la nouvelle. Les choses à ne pas dire aux nouveaux parents. Comment préparer votre maison pour que l’enfant s’y sente comme chez lui. Comment éviter les accidents domestiques. Comment mettre à l’abri vos magnifiques porcelaines ou vos statues africaines. Comment lui préparer des bons petits plats tout en respectant les conseils de sa mère qui vous a bien dit qu’il ou elle doit manger des légumes. Comment trouver le bon cadeau alors qu’il en a déjà plein sa chambre, comme disent ses parents même si vous trouvez toujours des jeux ou jouets qu’il n’a pas le pauvre petit ! Comment le soigner à l’aide des remèdes de grand-mère, même si sa mère vous a bien dit qu’il a sa propre pommade conseillée par son médecin mais que vous êtes persuadée que votre crème fait des mi-racles ! Comment lui donner du miel en douce parce que le miel ça soigne tout, même si sa mère vous dit que le miel ce n’est pas bon pour les tout-petits. Comment refuser de garder vos petits-enfants plus souvent qu’à votre tour, parce que vous vous sentez encore jeunes et que les week-ends vous préférez courir les clubs libertins avec votre nouveau mari plus jeune que vous ? Comment doit-il vous appeler si vous pensez que Mémé, c’est pour les vieilles. Comment faire avaler à ses pa-rents que vous aimeriez créer un blog consacré à la gloire de votre petit-fils qu’en toute objectivité vous trouvez le plus beau et le plus intelligent du monde ?

Bref, c’est un livre plein d’astuces, d’anecdotes, de conseils. Et drôle en plus. Pour celles qui s’éclatent en grand-mère et celles qui rechignent. Parce que ce n’est pas évident d’accueillir un ou une petite qui remet tout en cause, y compris vos relations avec vos propres enfants qui vous reprocheront certainement d’être beaucoup plus laxistes avec leur progéniture qu’avec eux.

Je souhaite une bonne fête des grands-mères à toutes mes consœurs. Et comme disait l’autre: si j’avais su, j’aurais commencé par être grand-mère !

Le livre des grands-mères géniales
d’Alison Maloney
aux Editions Fetjaine

Un petit écolier de huit ans, interrogé sérieusement par sa maîtresse d’école sur ce qu’il pensait des grand-mères répondit :
Une grand-mère est une femme qui n’a pas d’enfants, c’est pour cela qu’elle aime les enfants des autres. Et de poursuivre: les grand-mères n’ont rien d’autre à faire; elles n’ont qu’à être là. Quand elles vous emmènent en promenade, elles marchent lentement, sans écraser les belles feuilles, ni les chenilles. Elles ne disent jamais: avance plus vite!
En général elles sont grosses, mais pas trop pour pouvoir attacher ses souliers. Elles savent qu’on a toujours besoin d’un second morceau de gâteau ou du plus gros.
Une vraie grand-mère ne frappe jamais un enfant;
elle se met en colère en riant.
Les grand-mères portent des lunettes et parfois elles peuvent enlever leurs dents.
Quand elles vous lisent des histoires, elles ne sautent
jamais un bout et elles n’ont rien contre si on leur réclame la même histoire plusieurs fois. Les grand-mères sont les seuls adultes qui ont toujours le temps. Elles ne sont pas aussi fragiles qu’elles le disent, même si elles meurent plus souvent que nous.
Tout le monde devrait avoir une grand-mère, surtout ceux qui n’ont pas la télé.