Le golf

Antonio Costa | La nouvelle édition des Family Games aura lieu à Vidy le 7 juin prochain. Cette année le Panathlon Lausanne offre un parcours avec 20 sports à la clef. Votre hebdomadaire va vous conter ces sports jusqu’au jour J.

Le Panathlon Lausanne fait partie du Panathlon international. Reconnue par le Comité International Olympique, cette institution créée en 1951 à Venise est présente dans 33 pays. Les membres du Panathlon ont pour point commun le respect pour le sport. Ils se recrutent parmi les personnalités qui sont ou ont été en relation avec le sport, que ce soit à travers leur parcours professionnel, leur carrière sportive ou leur engagement associatif. Ils incarnent l’esprit du sport. Ses sportifs d’élite et ses dirigeants sont engagés bénévolement pour les jeunes et la promotion des valeurs essentielles du sport comme notamment le Fair-play, la lutte contre le dopage et la violence dans le monde du sport. Une collaboration qui permet aussi de s’assurer que chacun puisse bénéficier d’une éducation sportive saine et juste.
Grâce aux Family Games, le Panathlon permet chaque année à des jeunes et à des familles de se familiariser avec des sports, d’apprendre et de comprendre les implications du sport au sein de la famille et pour tous ses membres.

Le golf est-il un vrai sport ?
Le golf, pourtant réintégré aux Jeux Olympiques de 2016, n’est pas considéré par tout le monde comme un vrai sport.
Beaucoup affirment que ce n’est pas un vrai sport car on ne trouve pas cette dépense physique que l’on peut voir chez un athlète qui court le 100 mètres ou chez un footballeur qui va faire entre neuf et dix kilomètres par match. L’aspect physique est différent selon les sports. Mais jamais on ne dira que le tir à la carabine n’est pas un sport alors que les athlètes sont statiques et utilisent leur cerveau et leur concentration pour mettre la balle en plein milieu de la cible. Là c’est pareil, on se concentre pour jouer une balle morte. Alors certes c’est une balle petite qu’il faut mettre dans un trou qui n’est pas bien grand non plus, mais il faut beaucoup de régularité dans le jeu, dans les gestes. Etre très fort mentalement. Les professionnels comme Jean-Luc Burnier, joueur professionnel auprès de la Swiss PGA depuis 2006, s’entraînent au même titre que des athlètes de haut niveau.
Les golfeurs passent beaucoup de temps en salle de musculation. Les meilleurs sont obligés d’être au point physiquement. Un lancer ne demande pas que de la force mais aussi de la puissance et de la précision. «Une saison sur le PGA Tour ou l’European Tour, entre les déplacements, les entraînements et les tournois qui s’enchaînent, si on n’est pas fort physiquement et mentalement, on n’y arrive pas», nous confie Jean-Luc Burnier. «C’est primordial d’être au top physiquement pour être dans le coup.» Les gestes comme notamment le swing mettent en jeu douze familles de muscles différents. Les golfeurs ont aussi des préparateurs mentaux. Les joueurs de haut niveau ont toute une équipe autour d’eux. Ils ont un masseur, un entraîneur, un préparateur physique et certains même un préparateur mental. C’est loin d’être facile le golf. Alors, pour ceux qui pensent que ce n’est pas un sport mais un loisir de riches, je les invite à faire le parcours. Faire un 18 trou vallonné, avec des résultats à la clef, en étant à pied et où on tire son chariot sur une distance moyenne de 8 km… Moi je vous le dis, on en ressort rincé.