La Rogivue – De l’art en mouvement avec Andrew McGeachy

Peinture

L’artiste 

Thomas Cramatte  | Andrew McGeachy est un artiste à part entière. Ses origines écossaises y sont sans doute pour quelque chose. Tombé très tôt amoureux des perspectives qu’offre le milieu automobile, l’artiste a ouvert les portes de son atelier de La Rogivue, le temps d’un week-end.

Histoire

Designer de formation, Andrew suit des études approfondies à Covent Garden près de Londres. C’est à cette période qu’il se spécialise dans le design automobile. Depuis une trentaine d’années, cet ancien designer de chez Volkswagen réside en Suisse. D’abord enseignant d’«ArtDesign» à La Tour-de-Peilz, Andrew connaît comme sa poche les techniques de peintures. Mais alors pourquoi avoir choisi l’automobile comme sujet de prédilection? La légende raconte que, tout petit, sa mère l’avait oublié devant une épicerie de Glasgow. Couché dans sa poussette, le petit Andrew aurait passé deux heures à observer les voitures qui passaient avant que sa mère ne revienne le chercher.

Vernissage

Vendredi 29 et samedi 30 novembre, l’artiste peintre accueillait les visiteurs dans son atelier afin de partager ses expériences artistiques. Hormis la peinture, toute une panoplie d’objets divers jonchent son studio. Vespa, vieille Alfa Roméo et sculptures, son atelier est une véritable caverne d’Ali-Baba pour tout amateur d’art. Aujourd’hui âgé de 57 ans, Andrew est toujours fasciné par les perspectives et le mouvement qu’offrent les belles mécaniques. «J’ai toujours été passionné par le dessin et les voitures. Pour moi, il était évident d’allier ces deux passions dans ma vie», raconte Monsieur McGeachy lors du vernissage à La Rogivue. Une chose est frappante lorsque l’on regarde une toile d’Andrew. Hormis les couleurs vives et la précision de son trait, c’est le mouvement dynamique que l’artiste retransmet à travers ses acryliques qui attire le regard. Dans un style plus sobre, l’artiste s’adonne aux paysages avec le medium du pastel. «J’aime sortir très tôt avec mon carnet de croquis, les couleurs sont tellement belles à ces heures». Avec ses talents, le peintre nous réapprend à observer la région d’un autre œil. Pour exemple, ce pastel d’une ferme à priori banale qui prend des airs de château sous les reflets matinaux. Malgré le thème de la compétition automobile, les toiles d’Andrew nous apprennent à prendre notre temps. Le temps d’observer le moindre détail qui n’est jamais laissé au hasard par l’artiste écossais.