La petite histoire des mots

Ville

Georges Pop | La ville de Neuchâtel va bien devenir la troisième de Suisse romande et prendre ainsi la place de Fribourg qui se retrouvera du coup au quatrième rang devant La Chaux-de-Fonds. Le Tribunal fédéral a rejeté la semaine dernière le recours déposé contre le projet de fusion du chef-lieu neuchâtelois avec les communes de Peseux, Valangin et Corcelles-Cormondrèche. La nouvelle commune verra le jour en 2021 et comptera 45’000 habitants. N’est-il pas cocasse de constater que le mot «ville» est issu du latin «villa» qui désignait non pas une communauté urbaine mais une ferme isolée ou une exploitation agricole. C’est l’agronome romain Caton qui, au IIe siècle av J.-C. utilisa ce terme pour la première fois pour désigner un domaine consacré à l’agriculture avec ses installations spécifiques et la maison séparée de son propriétaire. En latin, la ville se disait «urbs» et définissait une cité avec son enceinte, l’équivalent de la «polis» des Grecs ; un terme qui nous a donné les mots «mégalopole» (grande ville) et aussi «police». Pour en revenir à la villa romaine de l’Antiquité, certains de ces domaines gagnant en importance et s’urbanisant progressivement au fil des siècles, le sens du mot évolua dès le Moyen Âge vers «village» puis «ville». A la fin du Xe siècle le mot «vile» avait déjà, en vieux français, le sens de petite agglomération. Quant au substantif actuel «villa» qui désigne une maison individuelle, il n’apparaît dans la langue française qu’au XVIIIe siècle par emprunt à l’italien qui le destinait à une demeure luxueuse. C’était le cas, par exemple, de la somptueuse Villa Borghèse aménagée entre 1605 et 1633 sur un vaste vignoble romain par l’architecte Flaminio Ponzio sur les plans du richissime cardinal Scipione Borghèse. La Villa Borghèse et ses vastes dépendances furent acquises par le gouvernement italien en 1901 puis cédées, deux ans plus tard, à la commune de Rome qui l’ouvrit au public. Le parc de la Villa est aujourd’hui un des plus beaux espaces verts de la Ville éternelle et son magnifique musée accueille une des plus importantes collections privées de la planète. Les responsables du tourisme romain déconseillent cependant fortement aux visiteurs de déambuler dans le parc la nuit car, une fois le soleil couché, il se transforme en repaire de toxicomanes, de dealers et de malandrins; un mal qui touche désormais les parcs de nombreuses métropoles. Ah! Ceci encore: en Suisse, pour obtenir le statut de ville, il faut plusieurs conditions statistiques et notamment pouvoir afficher 10’000 habitants ou plus. L’Union des villes suisses compte actuellement 172 communes dont dix n’ont pas officiellement le statut de ville. Notons encore que le mot «villégiature» tout comme «villa» est un emprunt à l’italien «villegiatura» et désigne bien un séjour à la campagne. Il est issu du verbe «villeggiare» qui veut dire  séjourner dans sa maison de campagne pour s’y reposer ou s’y divertir ; verbe dérivé lui aussi de l’antique «villa». De nos jours, les deux villes les plus peuplées de la planète sont chinoises: Shanghai avec plus de 24 millions d’habitants et Pékin qui en compte un peu moins de 22 millions. La troisième est africaine. Il s’agit de Lagos, la capitale du Nigéria qui affiche plus de 21 millions d’habitants. A elles trois, ces mégalopoles sont huit fois plus peuplées que toute la Suisse…