La petite histoire des mots

Rock’n’roll

Georges Pop. |. Le chanteur français Dick Rivers a discrètement rendu son âme de rockeur la semaine dernière, le jour-même de son 74e anniversaire. Avec Johnny, disparu l’année dernière, et le vétéran Eddy Mitchell qui affiche crânement 76 printemps, il fut l’un de ceux qui a popularisé le rock en France dans les années soixante. Le mot «rock and roll» a depuis longtemps une place à part entière dans le dictionnaire de l’Académie française que les rigoristes considèrent comme l’unique et légitime sentinelle de la langue française. L’Académie reconnaît d’ailleurs aussi la graphie «rock’n’roll» et en donne la définition suivante: «Genre musical au rythme très marqué, né aux Etats-Unis, dans les années 1940-1950, de la rencontre du blues, du jazz et de la musique dite «country»; morceau relevant de ce genre». L’Académie précise encore que le mot a été composé en additionnant les verbes «to rock» (balancer), et «to roll» (rouler) et elle ajoute: «avec une connotation sexuelle». Mais oui, une connotation sexuelle! Car le terme fit son apparition dès les années vingt dans certaines chansons de jazz et de rythm and blues et voulait dire dans l’argot des noirs du sud des Etats-Unis «danser» mais aussi «baiser» ou – dit en termes moins crus – « faire l’amour ». Mais c’est un blanc qui donna son nom à ce genre musical. Fils d’un immigré juif venu de Russie et d’une Américaine d’origine galloise,  disc-jockey de son état, Alan Feed lança en juillet 1951 sur WJW, une radio de Cleveland, un programme intitulé «Moondog’s Rock And Roll Party». L’émission était diffusée chaque mercredi de 23h à 2 heures du matin. Elle eut un succès retentissant et le genre musical qu’elle mettait en avant fut désormais identifié sous le nom de «rock’n’roll». Mais le temps était encore à la ségrégation et l’establishment conservateur blanc ne pardonna jamais à Alan Feed d’avoir répandu une musique faite par des noirs et considérée par les bien-pensants comme une «musique de sauvages». En 1957, un de ses spectacles fut annulé quand le chanteur noir Frankie Lymon fut filmé en train de danser avec une femme blanche. Scandale! Et malgré sa notoriété, il fut en permanence harcelé et même poursuivi en justice, accusé d’évasion fiscale et de corruption. Epuisé, malade, il mourut dans un hôpital de Palm Springs le 20 janvier 1965 à l’âge de 43 ans. De nos jours, Alan Feed est entré dans l’histoire du rock et est considéré comme l’un des plus grands DJ du 20e siècle. En 2003 une plaque commémorative a été posée à Cleveland pour lui rendre hommage. Reste que le rock’n’roll est loin d’être apprécié de tous. Beaucoup se rallient encore à cette parole du crooner Frank Sinatra qui a dit: «Le Rock’n’Roll est la plus brutale, la plus hideuse, la plus prostrée, la plus vicieuse des formes d’expressions qu’il m’ait malheureusement été donné d’écouter».