Fusion aboutie et rénovation réussie

Michel Dentan |  Harmonieux, fonctionnels et durables: ce sont en ces termes que vendredi dernier l’un des intervenants à l’inauguration de la Maison de Commune, totalement et magnifiquement restaurée, de la future commune de Jorat-Mézières a décrit les locaux de la bâtisse du XVIIe siècle, sise au centre du village de Carrouge, qui abritera dès le 1er juillet l’administration communale.

Les travaux, rondement menés, ont débuté en juillet 2015 et dix mois plus tard, l’ouvrage pouvait être livré à la commune. Devant une soixantaine de personnes, Olivier Piccard, préfet du district de la Broye-Vully et André Jordan, syndic, ont procédé au couper du ruban, permettant ainsi à l’assistance de découvrir ces nouvelles surfaces.

Lors des traditionnels discours de circonstance, il a notamment été relevé que tout avait été parfaitement respecté, tant au niveau des souhaits des mandants que des budgets et des délais. Outre les bureaux administratifs, le bureau du syndic et la salle de la Municipalité, l’immeuble abrite 4 appartements, un local hébergeant physiothérapeute et podologue, ainsi que deux salles de réunion pouvant être mises à disposition de sociétés locales, sans oublier le traditionnel carnotzet au sous-sol. Dans le même sens, il a de plus été mentionné que «chaque salle stratégique avait été équipée d’un frigo»! Nous sommes en Pays de Vaud que diable! Et n’oublions pas que la nouvelle commune de Carrouge a fait, grâce à la fusion, un grand pas en direction des vignobles puisqu’elle quittera le district de la Broye-Vully pour se rattacher à celui de Lavaux-Oron, même si, comme l’a relevé le syndic André Jordan, «l’eau quittant la commune continuera à couler du même côté».

Un peu d’histoire

Au gré des siècles, le bâtiment a changé peu à peu d’affectation et avait déjà fait l’objet d’une restauration en 1846. De ferme, avec grange et écurie à l’origine, il a également abrité deux salles d’école, y compris les logements du régent et du sous-régent. Pierre Jordan, municipal de Jorat-Mézières se souvient: «A l’époque, chaque salle était équipée d’un calot à bois et l’une des tâches des élèves consistait à monter le bois de chauffage dans les étages. Les petits écoliers étaient à la salle du haut, tandis que les plus grands approfondissaient leurs connaissances au rez-de-chaussée. Une fois par semaine, les filles montaient pour les cours de couture, tandis que les garçons descendaient pour des leçons alors à eux réservées». Une autre époque!

Tous les services de l’administration de la future nouvelle commune sont d’ores et déjà à disposition des habitants sur ce nouvel emplacement.