Force et sourire

Martine Thonney | Redoutant quelque peu les festivités diverses occasionnées par son anniversaire, Irène Dubois s’est dit gâtée et a trouvé ces moments fort sympathiques…
Dimanche 31 mai, un bon repas suivi d’un après-midi agréable s’est déroulé en compagnie de ses deux sœurs, de ses trois enfants et leur conjoint. Les 7 petits-enfants et les 14 arrière-petits-enfants vont distiller leur présence et leur vitalité tout au long de ces prochaines semaines: le bonheur de les voir sera ainsi prolongé et plus personnalisé!
Le lundi 1er juin, date précise de l’anniversaire, c’était au tour de la commune et du pasteur à honorer la nonagénaire. Pour les autorités municipales, Muriel Preti et Marlène Muriset ont apporté un magnifique bouquet de fleurs de saison, le  goûter pour tous les pensionnaires ainsi qu’une enveloppe. Comme Irène Dubois est une fidèle lectrice de «la Feuille», elle pourra – espérons-le – ne pas lire que des catastrophes durant une année… Le pasteur de la paroisse, Nicolas Merminod, apporta sa pierre à l’édifice de cette longue vie. Il souligna le sourire de bienvenue que lui a offert Irène Dubois.
Au fil de la conversation avec ses deux filles et leurs maris, la jubilaire nous a dit qu’elle était née en 1925, deux ans après Nancy Rod Pouly qui habite à Ropraz, et huit ans avant Andrée Stucki Pouly qui habite aux Cullayes. Le lien qu’elle a tissé avec ses sœurs a toujours été solide. Le village des Cullayes a été son lieu de vie jusqu’à son mariage en 1948 avec Ami Dubois, des Moilles, à Mézières.
Elle était habituée à résider dans une ferme foraine puisque aux Cullayes, la famille Pouly habitait «la Brûlée», dernière maison à droite sur la route de Mollie-Margot. Irène a aimé traire les vaches, surtout quand son papa était mobilisé. Hommage, en passant, à toutes ces femmes qui ont œuvré durant l’absence des hommes de 1939 à 1945!
Le couple Dubois a eu 3 enfants: Pierrette, Gilbert et Fernande. Ami Dubois est décédé en 1981 et c’est encore Irène qui aida son fils qui allait reprendre le train de campagne. Celui-ci est maintenant à Christophe. Dès 2011, Irène Dubois est à Praz-Joret, à un jet de pierre des Moilles qu’elle peut contempler à loisir. Beaucoup d’anecdotes ont été rapportées et chacun a pu se souvenir de certains visages, certains lieux, certains faits.
Chacun a pris du plaisir à converser, Irène Dubois ne redoute plus cet exercice qu’elle a passé avec brio! Nos vœux l’accompagnent!