Fêtes des Vignerons 2019

Marie-Jo Valente, cheffe du service Communication et adjointe à la direction exécutive

Marie-Jo Valente. Vevey, Aout 2018 © Fred Merz | Lundi13

Propos recueillis par Christian Dick |. Marie-Jo Valente est cheffe du service Communication et adjointe à la direction exécutive. Elle a bien voulu recevoir Le Courrier et répondre à ses questions.

En quoi consiste votre tâche? Je tiens, depuis 3 ans et demie, le rôle de facilitateur au sein de l’organisation de la Fête. Mon métier, c’est la communication. Depuis le début, je suis au courant de tout ce qui se passe que ce soit sur les plans artistique, de l’image et du déroulement des opérations. J’ai une connaissance approfondie des dossiers nécessaires à la coordination entre les différentes commissions et la direction, je facilite l’accès à l’information et je fais en sorte de la faire circuler dans l’organisation.

Vous participez à la création d’un événement exceptionnel. Comment vit-on ces moments au quotidien ? Nous sommes à quelques semaines du début de la Fête. On n’est clairement dans la phase de mise en œuvre des dossiers. Chaque problème à une solution qui doit être trouvée aussitôt. Les choses indispensables doivent être réglées de manière immédiate. J’observe aussi une forme de lâcher-prise par rapport à certains rêves qui ne verront peut-être pas le jour mais qui n’étaient finalement pas si importants. La liste des priorités est aujourd’hui mon outil de travail quotidien. L’inscription de la Fête à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco est une des raisons de l’engouement populaire et de la croissance de notoriété qu’on ressent positivement venant de plus loin. Le spectacle, Ville en Fête et les caveaux font partie du rythme de la Fête. On a tous envie qu’elle arrive.

Jamais Ville en Fête n’a été aussi important. Comment le projet s’est-il développé ? Grâce au succès rencontré en 1999 et aux enseignements de celle-ci. L’idée est d’offrir au public 2 à 3 animations par heure durant toute la journée. Celles-ci iront à la rencontre du public. Après deux heures et demie d’un spectacle magique dans l’arène il ne s’agit pas de demander aux visiteurs de se rendre encore à un autre spectacle. Plus de mille animations sont prévues durant les 25 jours, plutôt brèves et s’adressant à tout âge, à tous les goûts. Les journées cantonales sont également inscrites dans le concept de Ville en Fête et y apportent diversité et découvertes. L’ensemble de la programmation de la Ville en Fête est déjà en ligne. Nombreux sont ceux qui restent chez eux l’été. Ville en Fête leur offre la possibilité de prolonger la Fête parce qu’elle correspond à un souhait, à une envie de sortir, de découvrir, mais également pour des questions de sécurité et de fluidité; que la soirée ne s’arrête pas après le spectacle et que tous ne rentrent pas chez eux au même moment. Notre concept de sécurité se fonde sur la prévention et l’observation. L’occupation du public, son divertissement, la présence des porteuses d’eau, des conteuses ou encore des marmousets dont la mission est l’accueil et la prévention font tous partie du concept. Par exemple, en prolongement des Terrasses de la Confrérie, la passerelle publique sur le lac permet une fluidité entre le quai Perdonnet et les jardins du Rivage, ce qui n’était pas possible en 1999. A cette époque, le public devait faire le tour de l’arène par le nord de la place, et y renonçait parfois.

Qui est à l’origine de l’invitation aux cantons suisses? L’idée est de Frédéric Hohl. Lors de la reconnaissance de la Fête des vignerons au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, faire connaître la Fête à l’extérieur de son périmètre cantonal devenait une nécessité. Dès lors, accomplir un tour de Suisse promotionnel en allant à la rencontre des Suisses, en leur racontant la Fête et en les y invitant s’imposait. Une invitation a été adressée aux cantons et très vite les réponses positives sont arrivées. L’ensemble des cantons sera présent, cela a été une surprise pour nous et nous en sommes particulièrement heureux. Vevey sera l’espace d’un été la capitale de la Suisse. Certains, pour une question de calendrier ou d’affinité, d’appartenance à une même zone viticole, se sont regroupés le même jour. Des journées hôtes d’honneur feront défiler «Les Suisses de l’étranger», la région Vevey-Riviera-Pays-d’Enhaut et la Confédération, le 1er août. Ce jour de Fête nationale, la patrouille suisse survolera Vevey à midi pour une démonstration aérienne, accompagnée de l’avion Swiss aux couleurs de la Fête des vignerons. A terre, des anciens de la garde pontificale suivront en musique les spectateurs jusqu’à l’arène. Enfin, le président de la Confédération s’adressera au public lors d’une
allocution avant que le spectacle ne commence.

Y a-t-il des dispositions précises quant à la sécurité de l’arène ? Nous souhaitons avant tout donner le sentiment de sécurité à nos visiteurs. Il y a évidemment une surveillance du site et des fouilles aléatoires, certains objets seront bannis à l’entrée de l’arène (alcool, bouteilles en verre ou parapluie), le tout en toute discrétion et selon notre règle de base qui est l’observation. La Confrérie est responsable de la sécurité dans le périmètre de la Fête. Un dispositif pour empêcher les voitures d’approcher le public est prévu, comme dans toutes les manifestations d’envergure. Elle a délégué cette tâche de surveillance à une société de sécurité privée. La Fête se déroulant en milieu urbain, un incident survenant en dehors du site pourrait avoir un impact sur le déroulement du spectacle ou des animations, c’est donc la règle de prévention et d’observation qui prime. A un niveau plus général, l’autorité cantonale pilote l’engagement des partenaires sécuritaires et met en place toutes les mesures nécessaires. La coordination entre le Montreux Jazz Festival du 28 juin aux 13 juillet, le Paléo du 23 au 28 juillet et la FdV du 18 juillet au 11 août représente un travail gigantesque.

Ne pas inviter les divinités antiques dans le spectacle a-t-il été un sujet de confrontation entre la Confrérie et le metteur en scène ? La Confrérie définit les incontournables parmi lesquels figurent, par exemple, les vignerons couronnés, les Cent Suisses, Le Ranz des Vaches, la Troupe d’Honneur ou la Saint-Martin. Le metteur en scène peut ne pas adhérer à toutes les traditions et composer sans les divinités antiques.

Le gigantisme du spectacle divise l’opinion. Certains le trouvent audacieux et fantastique, d’autres l’estiment démesuré. Que leur répondez-vous ? Ce gigantisme est en effet là depuis le début. On peut se demander si la ville de Vevey pourra accueillir une nouvelle FdV dans vingt ans. Il y a un peu de folie dans un tel projet. La FdV fait plus que doubler la population de la ville l’espace de trois semaines. On peut aussi ajouter que le budget exige pour son équilibre davantage de spectateurs sur une période plus longue. La Fête suisse de lutte, par exemple, attire 300’000 spectateurs en trois jours. Qui oserait dire que c’est gigantesque? A Vevey, la place au prix de Fr. 79.- permet d’avoir une excellente vue d’ensemble. Certains sièges offrent même une proximité et une intimité avec les figurants. Le spectacle sera aussi beau de jour que de nuit. L’éclairage et la projection s’adaptant à l’horaire du spectacle. L’arène a été surélevée pour permettre le stockage et le passage des véhicules de service et d’urgence. En 20 ans, la ville s’est densifiée et la possibilité d’amener du matériel depuis un autre quartier n’est plus réalisable. Possible dans 20 ans? Qui peut le dire? Qui peut savoir?

Cinq livres ont déjà paru alors qu’il reste des billets à vendre et que les répétitions dans l’arène au moment de leur sortie n’avaient pas encore débuté. Reste-t-il encore de la place pour d’autres ouvrages? Peut-être même plus que cinq livres en fait. Un autre ouvrage, Une Fête d’avance, sortira le 28 juin. Il raconte les métiers de l’ombre, ceux dont on ne parle pas. Il y aura plus tard le livre souvenir commandité par la Confrérie. On peut aussi s’attendre à d’autres projets ou à des initiatives personnelles dont nous n’avons pas connaissance à ce stade. Que voulez-vous, la Fête inspire!

On a pu observer une montgolfière, un avion, un train aux couleurs de la Fête des vignerons, de même un voyage à New York. A-t-on pu mesurer l’impact
de ces réalisations ?
L’impact de notre stratégie de communication est très visible en matière de retombées dans les médias, le voyage à NY organisé par notre partenaire touristique Montreux Vevey Tourisme a permis par exemple la nomination de Vevey dans les 52 villes à visiter en 2019. Pour les actions dites d’image, ce sont pour beaucoup des opportunités liées à nos partenaires (Swiss, le MOB, etc) et dont l’objectif était de faire voyager la Fête au-delà de la Suisse romande et même des frontières. Objectif réussi avec une grande augmentation de notoriété en Suisse allemande qui se traduit par un achat de billets en augmentation dans ces régions, et énormément de retombées médiatiques en Suisse et à l’étranger. 

Aimeriez-vous ajouter quelque chose ? Il reste à faire la Fête, cette fabrique à souvenirs que nous garderons 20 ans durant.