Du Monteiller à Savièse, sur les traces d’Ernest Biéler

Association ProLavaux – AVL, en course

Jean-Gabriel Linder  | De bon matin, partis en car de Lavaux vers le Valais, les membres et amis de l’Association ProLavaux – AVL ont fait une première halte à Fully. Ils y ont été accueillis, avec café croissant et jus de fruits, par Julian Dorsaz au pavillon agritouristique Fol’Terres, la «porte d’entrée gourmande en Valais» qui propose bar à vins, vinothèque et produits du terroir régional. A côté s’étend la réserve naturelle des Follatères à la faune et à la flore variées, dessinant le coude du Rhône, près du village protégé de Branson construit à même la roche. La traditionnelle course annuelle de rentrée de l’association menait ensuite les participants via Saillon jusqu’à Sion. Tandis qu’un groupe sillonnait les rues de la capitale valaisanne à bord du «P’tit train», un autre, guidé par Ginette Rapalli, quittait la place de la Plantaz, bordée du Palais du gouvernement, et s’enfonçait dans le sous-sol de l’église de saint Théodule, le premier évêque attesté du Valais, en 381, au tout début du christianisme au nord des Alpes; ce riche sous-sol comporte notamment un caldarium romain avec son hypocauste, puis des restes de nécropole d’une église funéraire et ceux d’une église carolingienne bicéphale avec une crypte en demi-étage. Après un succulent repas, le village, chef-lieu du plateau de Savièse, Anne-Gabrielle Bretz-Héritier fit découvrir l’église du lieu aux participants; c’est une église gothique reconstruite et achevée par l’architecte haut-valaisan Ulrich Ruffiner, en 1523, puis agrandie en 1880. Partageant son temps, depuis 1884, entre le hameau du Monteiller (Lavaux) et Savièse, Ernest Biéler y réalisa dès 1934, à la demande du curé Jean, une oeuvre d’art totale comportant les vitraux, le chemin de croix, les bénitiers en mosaïque, les clefs de voûte, les luminaires, et enfin, à 82 ans en 1945, les encadrements des tableaux de la paroi nord de l’église dédiée à saint Germain, évêque de Paris. A deux pas de là, la Maison de commune, offre à voir des peintures de l’Ecole de Savièse dont Biéler fut un des premiers artistes; ceux-ci représentaient des sujets vierges de toute modernité d’un Valais traditionnel et rural. Une dernière visite encore conduisit à Zambotte, au musée de la Société des costumes et du patois, pour y voir en particulier le costume des femmes de Savièse – tant peintes par Biéler –, avec son typique chapeau à «cheminée» d’après 1930, sa jaquette (en patois trecó), sa robe (i cotën), auxquels s’ajoutent le mand-zon et le carcan. Sur le chemin du retour, une dernière halte au Caveau des vignerons d’Yvorne où Margrit Monod donna à déguster entre autres vins, un grand cru de chasselas, «A la George», des vignerons-encaveurs Charly Blanc et fils. Sylvie Demaurex et Catherine Panchaud, les organisatrices de la course, ont été alors chaleureusement remerciées par tous.