Cupidon a des ailes en carton

Raphaëlle Giordano – Editions Eyrolles

Milka | Meredith, jeune comédienne en devenir, aime Antoine. Antoine, jeune homme bien sous tous rapports, à qui tout réussit, qui l’aime lui aussi. Ça pourrait s’arrêter là. Mais Meredith ne veut pas être la femme de. Elle veut exister par elle-même. Sans son aide. Meredith a une meilleure amie, Rose avec qui elle court les castings et avec qui elle rêve de monter un spectacle. Elles entament une tournée mais tout tourne court à la suite d’un petit malaise de Rose. Elles réussissent à se faire engager à Londres pour tourner dans une mini-série. Dans le même temps, Meredith refuse de tomber dans la banalité d’un amour tiède. Elle veut du sublime, elle veut être sûre, elle veut se tester. Elle demande donc à Antoine de l’attendre pendant 6 mois en lui promettant de revenir vers lui avec une réponse. Mais à Londres, tout ne se passe comme prévu. Meredith et Rose se fâchent à la suite d’un faux-pas de Meredith. Rose rentre dans un premier temps en France. Meredith, elle, décide de disparaître, sans mentionner une date où elle reviendrait. Plus de nouvelles pendant deux ans. Rose a pardonné à son amie, Antoine, lui, s’est fait une raison. Chacun semble reprendre le cours de sa vie jusqu’au moment où Meredith décide de revenir et de mettre les choses au point. La fin est vraiment inattendue et la mise en scène digne des meilleurs films. C’est un roman qui fait réfléchir sur les fondements de l’amour, sur la routine, sur le désamour aussi. S’il ne fallait retenir qu’une phrase, pour moi ce serait celle-ci: «Comme si l’exploit se mesurait au nombre des années. La seule arithmétique valable en sentiments, c’est le nombre d’étoiles que vous accrochez dans les yeux de l’autre.» Ecrivain, Raphaëlle Giordano est aussi spécialiste en créativité et développement personnel. Elle est l’auteure de «ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une», premier roman phénomène, vendu à plus de deux millions d’exemplaires en France et traduit dans plus de trente pays, suivi par «le jour où les lions mangeront de la salade verte» aux Editions Eyrolles. Encore une auteure à découvrir, mais qui vaut le détour.