Clin d’œil

Quand on ne sait plus à quel saint se vouer !

Marie |  Les radars, ces mals aimés, placés là où on s’y attend le moins, quand on les aperçoit il est souvent déjà trop tard, et ça peut arriver à n’importe qui, un petit moment d’inattention, il suffit d’une simple pente pour que le compteur aligne 10 km au-dessus de la vitesse autorisée s’ensuit le flash qui vous surprend. Quoique si vous êtes dans un bon jour c’est un smiley pas du tout content qui s’affiche. Sur l’autoroute de l’arc lémanique, c’est une autre paire de manches. Il y a des travaux partout ponctués de réductions de la vitesse ce qui nous emmène plus loin aux avertissements indiquant le nombre de permis retirés depuis les débuts des travaux, réalisant le risque que notre cerveau envoie directement un ordre au pied droit. Conductrice un peu distraite, il m’arrive parfois de ne plus savoir s’il faut rouler à 80, 100 ou 120 kilomètres à l’heure, à ce moment-là on ne sait plus à quel saint se vouer. Pour ne pas tenter le diable, je préfère suivre le conducteur le plus lent de la file jusqu’au prochain panneau. On n’est jamais assez prudent…