70e Berlinale – Belle assise des Helvètes !

Berlinale 70e édition

Colette Ramsauer | Loin d’être négligeable la présence du cinéma suisse à la Berlinale 2020 ! Réalisateur-trices, acteur-trices, producteur-trices se sont retrouvé-e-s du 20 au 29 février sous les feux des projecteurs internationaux.

Ma petite soeur

Avec le film Schwesterlein* des réalisatrices romandes Stéphanie Chuat et Véronique Reymond, c’est la troisième fois depuis 2012 que la Suisse est représentée en compétition pour l’Ours d’Or, cette année parmi 18 films sélectionnés. Le film souligne, de la gémellité, les aspects relationnels et identitaires d’un frère et d’une sœur. Tourné en langue allemande, il s’appuie sur une solide distribution avec les acteur-trices Lars Eidinger, Nina Hoss et Marthe Keller. Stéphanie Chuat et Véronique Reymond avaient reçu deux prix du Cinéma suisse pour La Petite Chambre en 2011 alors que leur documentaire Les Dames en 2018 était un succès auprès du public. 

Une scène du film Favolacce des frères D’Innocenzo

Coproductions

Nominées pour l’Ours d’Or également, apparaissent deux coproductions: italo-suisse, avec Favolacce des frères Fabio et Damiano D’Innocenzo contant l’histoire d’adultes frustrés par leur statut social, sortis de leur malaise par leurs propres enfants; franco-suisse, avec un film noir-blanc sur des amours de jeunesse, Le Sel des Larmes de Philippe Garrel. Deux autres coproductions dans la section Generation 14+, avec pour thème les femmes en quête de justice: Palazzo di Giustizia de Chiara Bellosi et A Night for Forgiveness de Massoud Bakhshi

De Locarno à Berlin

L’actrice zurichoise Ella Rumpf a été choisie par le concours de la Shooting Stars parmi les 10 meilleur-e-s jeunes acteur-trices en Europe. Le court métrage en compétition des Shorts, Aletsch Negative de l’artiste et photographe valaisanne Laurence Bonvin, ainsi que des Helvètes en herbe dans « Berlinale Talents » font partie de cette 70e édition, sous l’égide nouvelle de Mariette Rissenbeek et Carlo Chatrian, directeur artistique du festival de Locarno jusqu’en 2019. Notons aussi dans la section Panorama, la réalisatrice lucernoise Andrea Štaka qui présentera son dernier film Mare, tourné en Croatie. Palmarès ce samedi 29 février.

Un glacier nommé Aletsch

Le film de l’artiste photographe Laurence Bonvin peut sembler perdu parmi les centaines de films toutes catégories présentées à la Berlinale. Pourtant « Aletsch Negative » durée 12’ revêt toute son importance. Film d’animation subtil en noir-blanc – d’où son titre – il joue de la perception spatiale et chronologique de la disparition de l’un des plus grands glaciers alpins. Rappel que d’ici la fin du siècle, de l’Aletsch, il ne restera probablement que des fragments. Ça coule, ça grince, ça froisse. Enregistrée in situ, la BO va crescendo, des craquements imperceptibles de la glace au bruit du torrent d’une susceptible débacle.

Aletsch Negative, Suisse, 2019, 12’ – Réalisation : Laurence Bonvin – Son : Bojan Milosevic.

* Sortie en version sous-titrée le 29 avril en Suisse romande