« C’est scandaleux, cette fois y’en a marre ! »

ACVF = Association contraire aux valeurs du fair-play ?

Le comité du FC Puidoux-Chexbres. |. «C’est scandaleux, cette fois y’en a marre!» C’est par ces mots que la décision du 3 juin 2019 de la Commission de jeu et fair-play a été accueillie par notre comité. Nous luttons chaque jour pour inculquer les valeurs du fair-play à nos joueurs, juniors et actifs et que fait l’ACVF par le biais de ses commissions? Exactement le contraire! Pourtant à l’art. 2 des statuts (2011), il est stipulé que l’ACVF contribue à promouvoir l’éthique sportive…

 Petit retour en arrière…  (version courte)

Il y a deux saisons, nous avons été contraints de retirer nos deux équipes d’actifs, un véritable crève-cœur pour notre club. La saison passée, nous avons réussi tant bien que mal à reconstituer une équipe en 5e ligue. La saison a été compliquée en termes de contingent et malheureusement, malgré tous nos efforts nous avons été obligé de déclarer forfait le dernier match à Ollon qui plus est le week-end de l’Ascension. Suite à ce forfait, nous avons reçu un courrier de l’ACVF daté du 3 juin 2019 mentionnant les points suivants: «Selon l’article 3 du barème des pénalités […], la commission de jeu et fair-play a décidé de vous retirer 3 points ainsi que 20 points fair-play qui seront déduits lors de la saison 2019-2020 pour votre 1re équipe. La commission se réserve, si pas d’incidence au classement de la saison en cours, le droit de retirer les 3 points la saison suivante.

Ces décisions peuvent faire l’objet d’un recours, conformément au Règlement de la commission de recours de l’ACVF.»

Et bien évidemment les trois points ont été retirés cette saison (!) pénalisant injustement le nouvel entraîneur et notre nouvelle équipe composée principalement de jeunes de la région dans son objectif de promotion. Pour une commission de jeu et fair-play, cette décision n’a rien de fair-play justement! Dans notre cas, quel est le but de la démarche à part chercher à nous nuire? Sommes-nous coutumiers du fait? Non! Est-ce que cette mesure empêche les forfaits? Non, l’amende de Fr. 300.- étant à notre avis suffisamment dissuasive. Aucun club à notre connaissance, ne déclare
forfait par plaisir. Lors de la dernière séance du comité du 18 juin 2019 (avant la pause estivale et la Fête des vignerons), nous avons envoyé un mail au comité central en demandant à être entendus. Nous sommes restés sans réponse jusqu’au 29 juin 2019, date de l’assemblée générale des Seniors où nous avons relancé le président central à ce sujet. Puis, nous avons reçu un téléphone du président de la commission de jeu et fair-play ACVF à qui nous avons également expliqué le cas. Suite à cet appel, les 20 points fair-play ont été annulés mais pas les 3 points de pénalités. Nous avons donc décidé de faire recours par courrier recommandé en date du 11 juillet 2019 à la commission de recours et avons sollicité une entrevue avec les membres de la commission. Et qu’à fait la commission de recours par le biais de son président? Pas grand-chose à part nous envoyer des mails durant les vacances sur une adresse d’abord erronée en nous intimant de nous prononcer dans un délai de 5 jours et surtout réclamer l’avance de frais! A notre retour de vacances, nous effectuons l’avance de frais par erreur sur le compte personnel du président de la commission, malgré cela notre recours a été jugé irrecevable car hors délai et non conforme au règlement… la décision rendue étant exécutoire, par contre l’avance de frais a été conservée! 100 balles pour quatre courriels… Même si notre réclamation n’était pas en tout point conforme au règlement, nous aurions mérité de pouvoir nous expliquer mais tout le monde se renvoyait la balle (ou le ballon). Nous avons vraiment l’impression que certains ont tendance à oublier que l’Association appartient à ses membres donc en fin de compte à nous les clubs et qu’elle devrait plus souvent servir que punir. En conclusion dans cette affaire, nos différents interlocuteurs ont démontré leur absence de bon sens et leur manque de dialogue, ce que nous regrettons amèrement. Puidoux, octobre 2019