Vulliens – Trial des Vestiges pour une 27e édition

Les 24 et 25 août, sur un parcours d’une quinzaine de kilomètres

Premier Trial des Vestiges en 1993 : Démo de Cédric Monnin

Waltou. |. Comme son nom l’indique, cette compétition motorisée affiche déjà un âge respectable. Mais bien plus respectable encore est l’âge de certains pilotes et de certaines machines. En effet, ce trial est avant tout destiné aux vieilles mécaniques et aux pilotes qui sont aussi dans leur 2e ou 3e jeunesse. Le TCPM travaille d’arrache-pied pour préparer à ces vétérans un magnifique parcours d’une quinzaine de kilomètres, parsemé d’une douzaine de zones, entre les communes de Vulliens et d’Ecublens (FR). Chaque pilote devra effectuer quatre tours de ce circuit sur les deux jours pour être classé. Ce ne sont pas moins de 180 pilotes de plusieurs pays européens qui vont donc venir s’affronter fin août et essayer de se départager à coups de pieds. Mais rassurez-vous, ce ne sont pas des pieds projetés dans une partie anatomique bien précise de leurs concurrents. Ce sont des pieds qu’ils auront peut-être le malheur de poser à terre, dans l’une ou l’autre zone, pour essayer de rattraper un équilibre momentanément défaillant. Et comme ces «pieds à terre» ne vont pas échapper à l’œil vigilant d’un commissaire, ils seront comptabilisés comme pénalités et serviront à établir le classement final. Contrairement à la plupart des sports mécaniques, le trial est un sport d’adresse ou la vitesse n’est pas prise en compte. Six catégories verront leurs meilleurs candidats grimper sur le podium dimanche en fin de journée. Soit trois catégories selon l’âge de la machine, (Motos Vestiges, Motos anciennes et Motos modernes) qui vont évoluer sur des zones avec deux niveaux de difficultés (Experts ou Randonneurs).

Compétition amicale

La classe des «Motos Vestiges» regroupe les mécaniques d’avant 1965, soit souvent des motos de route transformées pour la pratique du trial. Les «Motos anciennes» sont des machines d’un certain âge, mais construites spécifiquement pour le trial, alors que les «Motos modernes» sont de véritables gazelles élaborées à partir des années 2000. Si les anciennes motos sont un peu moins maniables que les nouvelles, les anciens pilotes sont souvent aussi un peu moins agiles. Comme le Trial des Vestiges veut favoriser les anciennes générations, un système de bonus-malus inédit permet de compenser un peu certaines raideurs et autres arthroses. Soit un point de pénalité par année pour les moins de 40 ans, et un point de bonus par année pour les plus de 40 ans. Le Trial des Vestiges est une compétition amicale où la bonne humeur est omniprésente. La plupart des concurrents viennent y pratiquer leur sport favori tout en passant du bon temps avec les copains dans une magnifique région. L’ambiance qui anime la cantine les vendredi et samedi soir n’est probablement pas étrangère au succès de cette manifestation depuis 27 ans. 

Pascal Germanier sur sa Triumph de 1964
Michel Debucqquoy sur sa Motobecane de 1951