VTT – Deux médailles d’or en 24 heures pour l’espoir neuchâtelois

Alexandre Balmer champion du monde de VTT ! Loris Rouiller quatrième

Bertrand Duboux  |  Les championnats du monde 2018 de VTT, à Lenzerheide, ne pouvaient pas mieux commencer pour la Suisse et Alexandre Balmer qui, à 18 ans, couronne sa carrière chez les juniors par le titre mondial de cross-country alors que le Vaudois Loris Rouiller, malchanceux, termine 4e. La veille déjà, le prodige chaux-de-fonnier avait activement contribué à la victoire de l’équipe helvétique dans le relais mixte avec Nino Schurter, Jolanda Nef, Filippo Colombo et Sina Frei! Deux médailles d’or en 24 heures alors que sa carrière ne fait que commencer, il y a de quoi être aux anges et le jeune Balmer a pleuré toutes les larmes de son corps à l’arrivée. Emouvant. Il avait fait de ces mondiaux aux Grisons, avec le Tour du Pays de Vaud fin mai,  le grand objectif de sa saison. Il a donc réussi sur toute la ligne après un incroyable enchaînement de performances au plus haut niveau à la fois sur route et en VTT (4e du TPV, champion d’Europe VTT et vice-champion d’Europe sur route, entre autres exploits!).

Sa course, un véritable chef d’oeuvre

Cette consécration, Alexandre Balmer la voulait tellement. Elle était en lui à chaque fois qu’on l’interviewait et, qu’en cours de saison, on évoquait ses ambitions à venir. Sa gestion de la course a été un chef d’œuvre. Après avoir été pris dans un embouteillage au départ et avoir dû laisser le Français Azzuro caracoler en tête, suivi à distance par l’Allemand Kaiser, il est remonté progressivement vers l’avant. Il a ensuite produit son effort sur la fin pour, au dernier tour, s’éjecter d’un petit groupe où se trouvait également Loris Rouiller, le champion d’Europe junior de cyclocross, malheureusement distancé sur une crevaison et qui n’a jamais pu revenir en tête, terminant à 9 secondes de la médaille de bronze. Très en jambes, Balmer fondait sur Kaiser et Azzaro, lequel lâchait prise, à bout de forces. Et dans les derniers hectomètres, Kaiser à son tour ne pouvait rivaliser avec le Chaux-de-fonnier qui, irrésistible et seigneurial, s’en allait ainsi cueillir ce magnifique titre mondial qui lui tenait tant à cœur mais qu’il a longtemps crû perdu en raison de l’incident de départ. Un triomphe espéré, un soulagement, une délivrance et une nouvelle confirmation de ces qualités et ce potentiel qu’on avait décelés l’an passé déjà alors qu’à 17 ans il jouait les premiers rôles au Tour du Pays de Vaud (7e). Bravo et félicitations à ce jeune talent plein d’avenir dont le cyclisme suisse peut déjà être fier. 

Classement au temps

1. Alexandre BALMER (Sui) 1h13:45 – 2. Leon Kaiser (All) à 2 sec. – 3. Mathis Azzaro (Fra) à 1’13 – 4. Loris ROUILLER (Sui) à 1’22-5. Moritz Schäb (All) à 1’53 – 6. Cameron Wright (Aus) à 2’07 – Puis les autres Suisses: -17. Kedrup Gyaganc à 5’04 – 19. Luca SCHÄTTI à 5’15 – 23. Simon WALTER à 5’44 – 26. Stiven THÜR à 6’43 – 27. Nils BRUN à 6’44 – 100 classés.

Mondiaux 2018 de VTT : Nino Schurter, la légende !

BD  |  Comme avec le ski en 1987 à Crans/Montana, les Mondiaux 2018 à Lenzerheide ont permis au VTT suisse de cross-country de faire le plein, ou presque : 4 titres en 7 courses et 1 médaille d’argent ! Consécration en relais mixte par équipes, médaille d’or chez les juniors, doublé des filles M23 (Alessandra Keller et Sina Frei) et surtout le nouveau triomphe de Nino Schurter en élite. Par contre c’est plus difficile en descente. L’enfant du pays, régional de l’étape, a conquis à 32 ans son 7e titre mondial depuis 2009 après avoir distancé le coriace Italien Kerschbaumer à un tour et demi de la fin. Un chef d’œuvre de maîtrise à la fois technique et physique pour contenir la pression exercée par ce rival très coriace, révélation de la saison en Coupe du monde, mais venu de nulle part pour jouer les premiers rôles au niveau mondial en quelques semaines ! Seules finalement les jeunes filles (Ronja Blöchinger 6e à 5’43) et surtout Jolanda Nef, la détentrice du titre féminin, qui a faibli en cours de route (4e à 2’13 de l’Américaine Courtney) n’ont pas totalement répondu à l’attente. Les vététistes helvétiques ont néanmoins marqué leur présence au premier plan et le constat est encourageant à deux ans des JO de Tokyo, même si cela a été difficile pour les espoirs M23 (Vital Albin 6ème à 1’47). Peu de Romands, hélas, dans ce tableau. Sextuple lauréat de la Coupe du monde, champion olympique à Rio, Nino Schurter, porté par son public grison (20’000 spectateurs), s’est offert avec la manière l’une des plus belles consécrations de sa carrière malgré la pression inhérente à son rôle de super-favori. Un triomphe, un de plus, qui le fait entrer définitivement au Panthéon du VTT, comme son ancien adversaire français Julien Absalon, dont la succession est toutefois difficile à assumer pour nos voisins français, sauf en ce qui concerne la descente (3e titre pour Loïc Bruni).

Alexandre Balmer à gauche en compagnie du quatuor, tous champions du monde