Voile – 43e édition de la régate des vieux bateaux

Les 28 et 29 juillet, avec départ au large du port de La Tour-de-Peilz

Christian Dick. |. Le nombre de quillards inscrits sur la liste du long parcours est stable. Ils étaient 47 l’an dernier et 41 l’an d’avant. C’est à bord de la Vaudoise, ancrée au large du port de La Tour-de-Peilz, qu’est donné le départ toutes catégories. Les voiliers du long parcours établissent de longs bords jusqu’au large de la Pichette et reviennent en longeant les quais jusqu’à l’arrivée au point de départ. Le petit parcours suit les quais dans un sens comme dans l’autre en direction de Vevey. 27 voiliers y figuraient l’an dernier, des Corsaire et des barques à voile, notamment des Dinghies. Cette liste semble s’allonger, 14 y figuraient il y a deux ans. Cette année, la régate des Vieux Bateaux aura lieu les 28 et 29 juillet. Dès 14 heures, les concurrents se trouveront à disposition sur l’eau pour une première manche. La soirée commencera par un apéritif offert par les vignerons de Lavaux et se terminera avec un bal animé par le groupe Old Shit. Dimanche, une seconde manche est possible dès 10 heures. Elle sera clôturée à 14 heures et le résultat final proclamé à 16h30. Notons encore un baptême, celui du 6.5m Triplette vendredi à 18h30 suivi d’une soirée en musique avec Collective Cover.

Entretien d’un patrimoine

L’affiche de cette 43e édition plaît. Quelques voiliers, suivis d’une lumière, comme la fée Clochette, tournent autour d’un rocher qu’occupent des sirènes. Deux d’entre-
elles sont occupées à communiquer, sur papier et avec natel, sous le regard interrogatif d’une troisième alors qu’une quatrième, dans l’eau, semble compatir à l’effort de celle qui écrit sur papier. Une manière de faire cohabiter l’ancien avec le nouveau? De rendre hommage à ceux qui entretiennent un patrimoine avec effort? Une manière de rendre hommage aux sirènes, ces navigatrices qui embellissent ces nobles unités? Quoi qu’il en soit, c’est toujours un plaisir d’emprunter un ponton pour admirer ces vénérables embarcations, témoins d’un savoir-faire parfois révolu, de contraintes souvent lourdes et d’un soin permanent. Ami lecteur, appréciez l’effort qu’est la maintenance de ces belles unités et savourez le spectacle qu’elles donnent sur l’eau.

Quelques 6.5 m

La flotte des Corsaire

A bord de Savavite, 2e l’an dernier

Ambiance sur la Vaudoise avant le départ