Villette d’hier et d’aujourd’hui

Jean-Gabriel Linder  |  Dressé en amont de la route cantonale reliant Lausanne à Vevey, le clocher de l’église Saint-Saturnin de Villette présente une élégante flèche octogonale de pierre : c’est du tuf, nous explique l’architecte Hans Niederhauser qui a dirigé la dernière campagne de restauration de ce monument historique d’intérêt national, de 1999 à 2002. La base de la flèche comporte huit lucarnes couronnant la tour carrée qui la supporte. Ce type de clocher apparaît entre Lavaux (Chardonne, Corsier-sur-Vevey), Montreux, le Chablais (Bex) et le Valais (Saint-Maurice) ; il s’apparente aux clochers de la vallée d’Aoste, et aussi des Alpes françaises et du Dauphiné. Il surmonte un chœur du 14e-15e siècle en prolongement de la nef. L’assainissement du clocher a mis fin aux infiltrations d’eau, en recourant à une semelle de 30 cm de béton étanche et à une ferblanterie de tôle inoxydable à la base de la flèche dont le décor polychrome a été restitué avec des arêtes en ocre rouge. Dans le même temps les fresques du chœur ont été restaurées laissant reparaître un Christ dans une mandorle et un tétramorphe. La nef avait auparavant déjà été profondément modifiée et abaissée par les architectes Gilliard et Godet, lors de la restauration de 1924-1932 ; son décor s’était alors enrichi d’une peinture moderne monumentale de Charles Clément sur l’arc triomphal, présentant des scènes de moisson et de vendange avec des personnages contemporains d’Aran, de Grandvaux et Villette, dans le cadre de Lavaux et du Léman.

Dans Villette, Hans Niederhauser s’est encore vu récemment confier par le propriétaire Daniel Buche une étude en vue de la restauration de la Maison Bernoise. Ce nom est-il dû à un ancien propriétaire bernois, M. de Diesbach au 18e siècle, ou à la forme de son toit d’inspiration bernoise ? Cette question reste ouverte, comme celle de la date d’édification de ce corps de bâtiments attesté en 1710, mais probablement plus ancien.

En contrebas de l’ancien village, sur l’étroite bande côtière accueillant la plage de Villette, les parchets de vigne ont quasi tous été remplacés par des villas. Depuis l’année dernière l’une d’elles est flanquée d’un nouveau bâtiment contigu, propriété d’Alain et Mariette Grisel qui ont aimablement ouvert leur porte aux visiteurs. Résolument moderne cette habitation a été dessinée par le bureau d’architecture Galetti et Matter. Claude Matter en a fait la métaphore d’un bateau, coque retournée, dont les « flancs » laissent visible leur charpente de bois massif inspirée de la construction navale – la circulation se faisant par des « coursives ».

Un vin d’honneur offert par la Commune de Bourg-en-Lavaux dans les murs de sa maison de Villette, elle aussi dite bernoise, vint clore cette visite historique organisée par l’Association du Vieux Lavaux, samedi 11 juin.