Utopie réaliste

Le monde change, ce n’est pas d’aujourd’hui.

Le changement est inévitable. L’humain s’y habitue ou le maîtrise, le prévoit ou le subit, c’est selon, mais l’évolution est inscrite, c’est l’essence même de la vie. Parfois, c’est l’apanage d’un seul. Un Homme et sa découverte font basculer la civilisation dans une nouvelle ère. Les exemples sont légions. Face à la nouveauté, la première réaction est la surprise et l’incrédulité. Les conséquences et les nouveaux horizons que révèle la possible application de cette idée novatrice sont inconnus, méconnus, voire mal venus. Lorsqu’un concept nouveau surgit, la réaction habituelle est partisane ou binaire. Le débat ouvert devrait être la règle… Il y a toujours un visionnaire à l’origine des découvertes. Le visionnaire n’est pas cet être affublé d’un chapeau pointu et portant baguette, ou quelque délirant écrivain sous LSD. Quoique ce dernier point mériterait qu’on s’y attarde : Philip K Dick a ouvert bien des portes et Georges Orwell avait bien vu au-delà de 1984… Au-delà des images, le visionnaire est bien plus proche de nous. Il prend le M2 et ressemble au voisin. Il est d’une affligeante banalité et ne ressemble guère à ses projets révolutionnaires, à peine le sourire malicieux dévoilerait-il le projet qu’il porte. Juste quelqu’un qui n’aurait pas trouvé de place assise dans le métro, comme vous. Au-delà des apparences, il y a le projet, la vision. Un projet qui n’aurait pas vu le jour si la majorité ne s’était posée la question du « pourquoi pas ?… ». Un projet qui commence à exister dans une tête et qui se prolonge dans une autre comme une évidence…  Votre hebdomadaire chéri vous propose de vous joindre à une utopie réaliste dans son cahier spécial, à déguster la tête pleine d’étoiles !