Une brigade multifonctionnelle pour assurer les tâches spécifiques à Oron et ses 10 localités

Gil. Colliard  |  Contrairement à la fourmi de la fable de La Fontaine, les employés de la voirie, bien qu’ayant travaillé tout l’été, ne se reposeront pas l’hiver venu. La ronde des saisons apportant pour chacune d’entre elles son lot d’ouvrages, l’approche de la saison froide ne fait pas exception. Tout un travail qui s’effectue, sans bruit et dans l’ombre mais dont peu sont ceux qui en ont conscience. N’avons-nous pas la critique facile lorsqu’il nous semble que la neige n’a pas été enlevée assez tôt devant chez nous? Mais qui remarque les efforts fournis pour le bien-être de la collectivité et le plaisir de vivre dans une commune joliment entretenue?

Une brigade multifonctionnelle pour assurer les tâches spécifiques à Oron et ses 10 localités

«Je suis fier du travail effectué par les membres de la voirie. C’est une belle équipe soudée qui travaille dans la bonne humeur, qui a soin de son équipement, s’active pour que notre commune soit accueillante et que la sécurité soit assurée lors des manifestations, entre autres» relate Daniel Sonnay, municipal d’Oron, en charge de la voirie et des routes.
A la tête de son équipe composée de 9 personnes, représentant 8 postes à 100%, dont 2 dédiés aux services industriels, Claude-Alain Perret rappelle que la gestion des infrastructures effectuée par la voirie d’Oron est différente de celle d’une commune de 5000 habitants qui n’est pas issue d’une fusion. Ici, il faut entretenir 10 cimetières, plusieurs places de jeux et sports, les alentours de nombreux bâtiments. Décuplant les travaux de taille, fauchage (2 à 3 coupes), entretien, et déneigement. «Garantir une égalité de traitement entre les localités me tient particulièrement à cœur. Les petits villages, bénéficient de ce fait de prestations supérieures en comparaison à l’avant fusion» signale celui qui a pris son service à la voirie voilà 17 ans.

70 km de routes à rendre praticables 7 jours sur 7

Malgré un planning structuré, les travaux extérieurs subissent la dictature de la météo qui selon ses humeurs amplifie les différences dues à la topographie communale allant de 600m à 900m. Si dès le printemps la petite armée effectue reconnaissance des routes et chemins communaux, les fauchages, l’entretien des espaces verts, la mise en place des décorations florales et leur entretien, etc., elle s’est organisée, dès le 1er novembre, pour parer à la saison hivernale. Entreprises et sous-traitants sont briefés, l’équipement est fonctionnel de même que les hommes, prêts, à la moindre alerte, à prendre leur service dès 3h30 du matin 7 jours sur 7 pour rendre praticable les 70 km de routes. Bien que ces dernières années, les jours de neige n’ont pas été nombreux, il s’agit d’un travail harassant, dans des conditions difficiles. Reconnu par la majorité des citoyens, il fait, aussi l’objet de critiques d’une poignée de mécontents qui ne réalisent souvent pas les efforts consentis et dont les mots acerbes et les récriminations bien souvent infondées affectent profondément ces hommes de bonne volonté qui, à l’heure où sonne notre réveil, ont déjà effectué de nombreuses heures de travail.

Des relations harmonieuses avec les citoyens

La voirie, c’est aussi tout un lot d’autres travaux: déchetterie, entretien de la piste Vita, des alentours des refuges, de la signalisation, des caniveaux et dépotoirs, etc. «C’est aussi une fonction de sécurisation et d’appui lors des manifestations, souvent le week-end, en étant à l’écoute des organisateurs: évacuation des déchets, manutention du mobilier, et cela avec le sourire» ajoute Danielle Richard, municipale des ressources humaines. Sollicitée pour apporter une aide ponctuelle aux personnes rencontrant des difficultés de déplacement, la brigade de la voirie s’en acquitte volontiers dans la mesure du possible. Elle est aussi une présence chaleureuse et réconfortante lors des services funèbres. Garante de notre confort, elle compte sur notre esprit citoyen pour lui annoncer les petits dysfonctionnements qui auraient échappés à sa vigilance et sur notre compréhension.

Merci Messieurs!