Un « Pique soleil » chez les « Coucous »…! ou le vol de Philippe Bardet d’Avenches à Essertes…

Jean-Pierre Lambelet | La séance du Conseil général d’Essertes du 16 juin 2015, présidée par Daniel Pasche, a été marquée par deux éléments inhabituels.
En premier, la lecture des comptes 2014 par René Delessert, syndic, laisse apparaître un déficit de Fr. 138’841.56 dû en grande partie à la répartition de la péréquation cantonale opérée par le Conseil d’Etat vaudois, donc pas maîtrisable par la commune. Comme cette situation déficitaire est toute nouvelle et ne provient pas de la gestion du «ménage communal», il n’y a pas lieu de trop s’alarmer, mais de veiller au grain pour les années futures.
La rénovation de la STEP est pratiquement terminée et elle sera remise en activité à mi-août.
Des feux sauvages de pneus ont eu lieu 7 ou 8 fois dans les forêts d’Essertes et de Forel ces derniers mois. Ne point hésiter à coincer le triste individu qui se permet ce type de pollution.
Le prochain pique-nique des Coucous aura lieu le 27 juin au refuge.
Le deuxième élément inhabituel concerne Philippe Bardet, l’ancien syndic.
C’est le 18 février 1961 que le jeune Philippe s’exprime pour la première fois à Avenches chez les ˝Pique soleil˝ devant des parents tout heureux de ce vigoureux fiston…!
Les écoles obligatoires à Avenches, le gymnase à Yverdon et la Haute Ecole des sciences agronomiques de Zollikofen l’amènent à travailler à Brugg à l’Union suisse des paysans, puis à Lausanne à la Chambre vaudoise d’agriculture ainsi qu’au sein d’AgorA (Association des groupements et organisations romands de l’agriculture).
Ensuite, il quitte les rives du Léman pour se poser à Pringy où il participe activement à la création de l’Interprofession du gruyère dont il devient le directeur. Les producteurs, les fromagers, les affineurs et la mise en valeur du gruyère AOP sur le plan national et international sont ainsi regroupés sous un seul label pour défendre au mieux la qualité et la commercialisation de ce succulent fromage.
Mais il n’y a pas que le travail dans la vie, on peut aussi écouter son cœur qui bat pour Yvette et lui promettre un mariage AOP (Avec Oisillons Projetés), ce qui fut fait, car lors de la construction de leur nid chez les Coucous à Essertes en 1988, il y avait maman, papa, deux garçons et une fille.
Philippe s’intègre rapidement à la vie du village et le 1er janvier 1990 il devient municipal, et syndic le 10 juin 1997 suite au décès tragique de Michel Durussel.
Il a donc tenu ce poste jusqu’au 31 décembre 2014. Soit 25 années complètes vouées à servir ses concitoyens dont 17 comme syndic.
Ce quart de siècle a été marqué par des réalisations d’importance telles que le giratoire de la Croix-Fédérale, les ralentisseurs, l’immeuble multiservices au centre du village, la reconstruction du refuge et la création d’un étang dans la forêt communale, l’achat de l’ancienne laiterie, etc.
Le syndic René Delessert a souligné le caractère franc, droit, déterminé, volontaire qui lui a permis de faire aboutir les projets précités sans se soucier du «qu’en dira-t-on».
Et pour faire de Philippe Bardet un «coucou» jusqu’au bout des griffes, il lui est remis le cordon de membre à vie de l’Abbaye d’Essertes-Servion-Ferlens…!
Un grand bravo Philippe Bardet, et bon vol vers de prochains objectifs!