Trois femmes… trois recueils de nouvelles – Editions Plaisir de lire

Difficile de résumer un recueil de nouvelles…

Milka  |  Une histoire, c’est facile, mais 15, voire plus, comment les résumer? Laquelle choisir? Parce qu’elles sont de qualité, semblables mais différentes, j’ai décidé de vous parler des trois en même temps.

Hélène Dormons –  L’air de rien 

Nos préconçus nous rassurent. Forts de cet appui, nous pouvons évoluer dans un univers simplifié et prévisible. Statuts sociaux, règles de conduite, jugements à l’emporte-pièce, autant de codes auxquels nous adhérons, souvent sans les remettre en question. Les quinze nouvelles de ce recueil visitent, avec une pincée de moquerie ou un zeste de douceur, cette lecture que chacun de nous fait du monde, amalgame d’a priori susceptible de basculer en un instant… pour un rien… Le regard acéré d’Hélène Dormond invite le lecteur, à travers ses récits espiègles, à questionner les comportements et représentations des personnages de chacun de ces courts textes au gré de délicieuses boutades qui nous emmènent loin des sentiers battus. Héléne Dormond n’est pas une inconnue pour vous puisque je vous ai déjà parlé de ses deux précédents romans, Liberté conditionnelle et L’envol du bourdon.

Fabienne Morales  – La densité de l’instant 

Joséphine marche à travers le Jura, Clarita affronte les remontrances infondées d’un supérieur, Sonia ne sait pas tricoter, Georges conserve trois objets au fond de sa poche, l’horizon de Louis prend les contours d’un sanglier… Quatorze nouvelles qui mettent en scène autant de héros de l’ordinaire confrontés au questionnement que chacun, un jour, rencontre: quelle est ma place dans ce monde? Si les personnages de «La densité de l’instant» éprouvent parfois la nécessité de renverser l’ordre des choses pour entreprendre ce voyage vers eux-mêmes, ils nous racontent par-dessus tout, résolument, le désir de vivre. Enseignante pendant de nombreuses années, Fabienne Morales travaille aujourd’hui comme rédactrice pour le bulletin du Grand Conseil vaudois. Elle écrit essentiellement des textes brefs, dont certains ont été remarqués (semaine du Goût, Fondation Studer/Gant ou Théâtre du 2.21) «La densité de l’instant» est son premier recueil.

Cornelia de Preux –  La fin des haricots 

Un haricot violet rêvant d’une citrouille. Une enfant roumaine au pays des Helvètes. Un chef d’état qui devient végétarien. L’errance d’un homme après l’attentat au Bataclan. Une étreinte dans un igloo. Une petite ville qui lit comme on respire. Et tant d’autres histoires. Des tranches de vie qui, tel un kaléidoscope, dessinent les contours d’un monde ni blanc ni noir, mais joyeusement composite. 35 nouvelles, des aigres-douces, des amoureuses, des crépusculaires, des existentielles, des gourmandes, des végétales. A déguster selon ses envies. Cornélia de Preux est née à Vienne en Autriche et vit sur les hauts de Lausanne. Elle est journaliste et traductrice. Elle a publié deux romans chez Plaisir de Lire: «L’aquarium» en 2012 et «Le chant du biloba» en 2016. «La fin des haricots» est son premier recueil de nouvelles.