Tout savoir (ou presque) sur nos ancêtres les Helvètes

Alix «Les Helvètes»

Pierre Jeanneret | Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas, Alix est un jeune Gaulois, devenu le protégé de Jules César. Il est le héros d’une série de BD – créée par Jacques Martin (1921-2010) et poursuivie par ses successeurs – remarquable par la qualité de ses textes et de ses dessins, notamment ses reconstitutions historiques de villes antiques. Le dernier volume, qui vient de paraître, nous mène en Helvétie, à une date non exactement définie, mais qui se situe en tout cas entre l’écrasement des Helvètes par César à la bataille de Bibracte, en 58, et l’assassinat de ce dernier en 44 av. J.-C. Ce n’est donc pas encore la période de la riche Helvétie gallo-romaine, avec ses cités, ses villas aux superbes mosaïques, son système de routes et la romanisation croissante du mode de vie de ses habitants. La mission que confie César à Alix est, muni de riches présents, de faire le tour des tribus helvètes, pour s’assurer que leurs chefs ne s’opposeront pas à l’installation de vétérans romains. Alix et ses compagnons vont donc passer les Alpes et déboucher à Octodurus (Martigny). Puis ils passent par Aventicum, qui est en voie de reconstruction à l’image d’une cité romaine. Devant Brenodurum (Berne), ils voient des crânes d’animaux et humains. Il semble bien que les Helvètes pratiquaient de tels sacrifices. Ils descendent l’Aar sur une barque chargée de tonneaux (une invention gauloise), se heurtent à une horde de guerriers germains et achèveront leur périple par Lousonna (Lausanne), où n’existent encore que quelques huttes. Tout cela est fidèle à la vérité historique et plausible. Avouons-le cependant, le scénario de ce volume est assez faible. Il ne présente pas l’intérêt de La tiare d’Oribal, du Tombeau étrusque, de L’empereur de Chine ou encore de Vercingétorix. Il faut dire que l’Helvétie pré-romaine n’offrait pas de villes splendides à restituer par le dessin, comme Jérusalem, Persepolis, Alexandrie ou Carthage. C’est cependant une occasion intéressante de découvrir notre passé. Et cela surtout du fait que la BD s’accompagne d’un ouvrage historique, intitulé L’Helvétie. S’adressant à un large public, mais sans renier la rigueur de l’approche universitaire, celui-ci est richement illustré par des photographies, dessins et cartes géographiques. On y apprendra tout sur l’époque celtique, sur la grande migration menée par Divico et stoppée par César à Bibracte, sur la fondation des villes gallo-romaines, comme Nyon (la Colonia Julia Equestris) en 44 av. J.-C., sur le système routier qui préfigure le tracé de nos autoroutes modernes, sur les villae rusticae dans les campagnes, enfin sur les temps troublés des invasions «barbares» (Burgondes et Alamans). Voilà de la bonne Histoire pour tous!