Thierrens – On a marché DANS la lune et sur la planète, le climat pète de partout !

14 représentations allant du 22 novembre au 14 décembre, c’est la Revue

Gil. Colliard. |. Presque cinquantenaire, la Revue de Thierrens revient sur le devant de la scène avec son spectacle intitulé «On a marché DANS la lune» pour 14 représentations allant du 22 novembre au 14 décembre. Triturant la riche actualité des habitants de notre planète, elle l’a façonnée à sa sauce, entre paillettes et papet vaudois, pour concocter un bon moment de délassement et d’humour, et qui sait, apporter peut-être quelques solutions!

Vu de la lune ou de la terre: l’actualité dans tous ses états

Les évènements relayés par les médias locaux et régionaux ont fourni à nouveau une manne suffisamment riche: le premier pas de l’homme sur la lune, il y a 50 ans, les 90 ans de Tintin avec sa mèche droite rappelant un certain Donald Trump, le climat qui déraille et la petite Greta, la grève des femmes, les JO de la Jeunesse, Notre Dame qui brûle et Alain Morisod qui en a fini avec ses coups de cœur, le crowdfunding dans l’agriculture, les élections, les nouveaux moloks, le cas de la Raiffeisen à Thierrens, entre autres, pour que les auteurs de la Revue de Thierrens: Jérémie, Alexis, Sim’s, Jacques et Christian, conseillés par les consultants artistiques Bouillon et Thierry Meury, y trouvent les ingrédients nécessaires à cette création annuelle attendue par son nombreux public.

Une revue qui a acquis ses lettres de noblesse loin à la ronde

Si les débuts de la Revue, organisée par le FC Thierrens ont été modestes, cette manifestation est devenue au fil du temps une véritable institution du Haut Jorat avec, depuis 2015, 14 repas spectacles qui se jouent devant un public conquis issu de toute la Romandie et dont le but est de soutenir financièrement le club de foot de Thierrens. «La mise en place des premiers spectacles n’était pas simple. La salle servait de dortoir aux militaires. Il fallait se glisser entre les autres manifestations, mais aujourd’hui, nous avons un mois pour faire le montage, avec les décors réalisés par les dames. Les répétitions se font à Neyruz pour permettre le montage et dès novembre, Thierrens devient notre stamm, où l’on finit dans la cuisine pour refaire le monde. C’est génial!» relate le sémillant Denis Meylan, alias Bouillon, qui présentera son one man show «Un humoriste vaudois chez les Dzos» les 15 et 16 novembre à 20h au Strap’ à Fribourg. La configuration de la salle, avec ses petits bars cachés, ses coins et recoins, ses escaliers, où se côtoient artistes et publics respectant une règle tacite entre eux est aussi une force de ce spectacle.

Une force née d’une amitié soudée et d’une volonté de durer

«Les choses se font d’office, par l’habitude, l’anticipation. Le côté amitié est très important, quelque soit la profession ou l’âge, nous avons tous un but commun et tirons à la même corde. Le club de foot ainsi que la Revue représentent un budget annuel d’environ Fr. 850’000.- à Fr. 900’000.-. C’est un gros bateau pour des gens qui s’y investissent, en dehors de leur travail, mais nous avons à cœur que ça vive» confie Christian Crisinel, l’un des principaux artisans de la Revue. 13 comédiens, 8 danseuses, 5 solistes et un orchestre de 10 musiciens auxquels il faut ajouter les machinistes, l’équipe plateau et celle de cuisine, soit une centaine de personnes qui sont à pied d’œuvre à chaque représentation pour régaler le public. A Thierrens, pas de crowdfunding, mais sa Revue toujours aussi folle pour vous accueillir  et vous divertir le temps d’une soirée!

Programme et réservation: www.larevuedethierrens.ch ou  021 905 40 18 (du mardi au vendredi  11h30 à 13h30  et de 18h à 20h)