Tel un chien à son os

Ana Cardinaux-Pires |  J’aime bien les faits divers qui finissent bien. Celui-ci m’a vraiment fait rire. Cela est arrivé en Norvège. Pays où les hivers se font encore !
Un jeune Norvégien, réveillé en pleine nuit par le bruit du moteur de son auto qu’un homme tentait de voler, saute du lit sans prendre la peine de s’habiller (à quoi bon, en fait le temps était magnifiquement frais ! La température extérieure affichait -17 degrés). Dehors, vêtu d’un simple slip (encore heureux qu’il l’avait), il s’agrippe à la portière de son véhicule, le prenant pour un taureau il se hisse sur le toit alors que le voleur bien au chaud démarre atteignant des vitesses de pointe de 90 km. Mais le Norvégien, accroché tel un chien à son os, pousse plus loin son audace en réussissant à casser le pare-brise arrière; prenant cette fois-ci son genou pour un marteau, il réussit à le casser, pas le genou mais la vitre bien sûr, se faufile à l’intérieur de l’habitacle et maîtrise ainsi le voleur, la voiture finissant sa course contre la glissière de sécurité sur un pont; un peu plus et le fait divers tournait au drame. Heureusement le courageux gars, gelé après sa tournée mouvementée, s’en tire avec quelques blessures aux jambes et genoux.
Imaginons maintenant et je dis bien imaginons un cambrioleur qui adore écouter la musique à plein tube et n’a rien vu venir roulant à fond la caisse. Il a dû faire une tête lorsqu’il a vu apparaître par le rétroviseur quelqu’un de plus malin que lui…