Superbe exposition sur Matisse et son temps

Pierre Jeanneret | L’exposition à la Fondation Gianadda est d’abord un extraordinaire bouquet de couleurs vives! Mais elle présente surtout l’intérêt de replacer Henri Matisse dans les mouvements artistiques de son temps, en le confrontant à un florilège d’autres peintres: parmi eux, Albert Marquet, André Derain, Juan Gris, Pablo Picasso. Elle permet aussi de mesurer son évolution. Après avoir passé par l’impressionnisme finissant et le pointillisme, Matisse trouve vraiment sa voie propre vers 1905. Cet homme du nord de la France a été fasciné par l’intensité des couleurs du Midi, à Saint-Tropez et Collioure. Il est l’un des fondateurs du fauvisme. Un critique avait en effet, par dérision, appelé «Fauves» ces artistes qui utilisaient des couleurs pures et violentes, choquantes à l’époque…
Entre 1906 et 1913, Matisse fait des voyages en Algérie et au Maroc. Il en ramène le goût des étoffes très colorées, des tapis chatoyants, des arabesques propres à l’art islamique. Apparaît un grand thème de son œuvre: les odalisques, ces servantes vouées au plaisir et reposant lascivement sur des divans. Il est intéressant de comparer les odalisques de Picasso à celles de Matisse, toutes deux présentes à l’exposition. Le peintre Wassily Kandinsky a pu dire assez justement: «MATISSE: couleur, PICASSO: forme».
N’oublions pas un autre aspect important de l’œuvre de Matisse: l’art ornemental. Ainsi la grande composition La Danse (1909-1910), commandée par le riche bourgeois russe Chtchoukine, l’un des premiers à acheter des œuvres d’artistes d’avant-garde, d’où la fabuleuse collection que possède le Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Cette ronde de figures très simplifiées annonce les gouaches découpées que Matisse va pratiquer à la fin de sa vie, alors que sa santé ne lui permettra plus de peindre. L’exposition de Martigny présente un bel ensemble de planches tirées de la série Jazz, ainsi que de grandes œuvres inspirées par son voyage à Tahiti, où il juxtapose oiseaux et animaux marins: poissons, méduses, poulpes, etc.
Accompagnant l’exposition, une série de tirages du grand photographe Henri Cartier-Bresson, qui a réalisé d’admirables portraits de Matisse, Picasso, Alberto Giacometti et bien d’autres artistes.

«Matisse en son temps», Martigny, Fondation Gianadda, jusqu’au 22 novembre.