Succès de la police régionale Est lausannois

Claude Quartier |  Sous la présidence de Jean-Philippe Chaubert, le 14 juin à Savigny, a eu lieu la dernière séance de la législature du Conseil intercommunal de l’association «Sécurité Est Lausannois». En une demi-heure tout a été expédié, preuve que la police de Belmont, Pully, Paudex, Savigny fonctionne à satisfaction.

D’abord les finances. Un budget pour 2015 de dix millions, des comptes qui bouclent à 9,6 millions: pas de dépassement. Par rapport aux comptes 2014, une augmentation de 2,5% soit d’environ 250’000 francs. Ce qui s’explique essentiellement par les frais de personnel. Les effectifs sont stables et s’élèvent à 60,9 ETP. On constate une certaine mobilité dans le personnel. Les jeunes après cinq ans ont envie d’aller voir ailleurs et du personnel d’ailleurs a envie de voir comment cela se passe dans l’Est lausannois. Il y a donc un échange régulier entre les divers services du canton, ce qui favorise les échanges d’expériences.

La participation des communes partenaires s’est élevée à 218’000 fr. pour Paudex, 455’000 fr. pour Savigny, 490’000 fr. pour Belmont, et 6,1 millions pour Pully. Pour des sommes relativement modestes, les communes associées à Pully disposent d’une police de proximité très efficace, très présente sur le terrain et sous le contrôle des autorités communales.

Police de proximité

Pas de CRS bottés, casqués, cachés derrière des boucliers et qui font peur dans nos communes. Pas de caillassage des forces de l’ordre, mais une présence constante de la police dans nos rues, au bureau, au téléphone pour répondre aux gens dans un esprit de protection et de prévention.

Cela s’appelle la police de proximité et cela se définit comme suit. La police de proximité doit contribuer à améliorer le cadre de vie à l’échelle des communes et des quartiers en luttant contre la délinquance et en réduisant le sentiment d’insécurité. Elle doit privilégier des liens de qualité entre la population et sa police. Elle privilégie la prévention plutôt qu’une approche réactive. Pour ce faire, elle cherche à connaître les priorités et les attentes de la population par quartier, pour orienter ses actions. Le travail en partenariat avec les instances scolaires et sociales permet de répondre aux attentes de chaque groupe cible (enfants, jeunes, moins jeunes). Finalement, la police de proximité agit plus par la persuasion que par la force.

Ce travail est payant et les infractions baissent. En 2013, on avait 1640 infractions au Code pénal et 1145 atteintes au patrimoine. En 2015, 1134 infractions au Code pénal (-30%) et 830 atteintes au patrimoine (-28%). Même progrès pour les dépassements de vitesse, 15’500 contraventions contre 18’500 il y a deux ans (-16%). Par contre les contraventions stationnement augmentent un peu (+12%) comme le produit des amendes qui s’est élevé à 1,675 million en 2015 contre 1,647 million en 2014. (+1,7%).

Fin de législature

Dans son dernier rapport de la législature, la commission de gestion se déclare satisfaite de la Sécurité Est Lausannois. Elle souligne deux sujets de préoccupation:

• la mobilité des effectifs qui donne une certaine souplesse à la gestion du personnel mais qui demande un effort de formation, constant et important (1520 heures de cours donnés au personnel en 2015)

• la mise en conformité des locaux de la police à Pully où il faut sécuriser les guichets, adapter les vestiaires à la mixité des effectifs; adapter les locaux d’audition ainsi que les cellules. D’autre part, à moyen terme, les locaux actuels risquent d’être trop petits pour répondre aux tâches futures de la police qui iront probablement en s’accroissant.

Au nouveau comité directeur issu des dernières élections d’empoigner ces problèmes et de les résoudre.