St-Saphorin – Belle envolée électro au-dessus des vignes

Le tout jeune festival «Jolie Vue» semble avoir trouvé son public

Valentine Krauer | Samedi en fin d’après-midi, quelque chose a changé dans les rues pavées de St-Saphorin. Un cortège de sons s’échappe derrière le temple, invitant le passant à franchir la porte du jardin de la Cure. Là, tout est en place pour accueillir les divers artistes qui se succéderont sur la petite scène installée face au lac. Deux projecteurs, une table de mixage sous les arbres, des platines pour les entremets et un bar proposant des boissons locales et artisanales. C’est en fin d’après-midi, dans ce décor naturel à couper le souffle, que Marc Papotto ouvre les festivités avec sa guitare folk, imprimant déjà le caractère apaisant de la soirée. Plus tard, un public attentif se laissera emmener par la musique de Perrine 3000, de son vrai nom Perrine Berger. Avec sa voix et son lapsteel (guitare électrique jouée à plat) la guitariste du groupe «Adieu Gary Cooper», nous emmènera en solo cette fois, dans un vaste espace où chaque rêverie trouve son chemin. Le temps pour Romain Iannone d’installer ses machines sur scène, et voilà les auditeurs embarqués dans un nouveau voyage psychédélique. Ce jeune graphiste passionné de musique, construit tout un monde de sonorités qui se déroulent comme les planches d’une bande dessinée, créant dans notre imaginaire, des lieux, des couleurs, des formes et des rencontres. Elvis Aloïs poursuit l’exploration électro accompagné d’une flûte traversière, d’une guitare et d’un clavier, avant que Nadia Daou, alias När, vienne nous captiver avec sa voix chaude et ses compositions harmonieuses qu’elle chante dans la langue de son pays d’origine, le Liban. Une musique aux sonorités orientales habillées tour à tour de guitare, de sons électros et de gembré (instrument à cordes pincées originaire du Magreb). Piotr Wegrowski termine le festival sur une cadence de basses soutenue, invitant le public à se lever pour danser. Ce soir, le jeune diplômé de l’HEMU a laissé sa contrebasse pour explorer une des multiples facettes de l’électro. Ce voyage en terre expérimentale est ponctué par les excellents choix du DJ Mehdi Benkler, chansonnier du village qui transmettra son enthousiasme entre chaque concert. Tout au long de la soirée, une petite centaine de festivaliers de tout âge, pieds nus sur l’herbe fraiche se rempliront d’univers musicaux généreux, de calme et de délicieux mets concoctés par Zoé Philipona, l’une des créatives tenancières du café des Argiles à Vevey. Le tout jeune festival «Jolie Vue» semble avoir trouvé son public et ses deux organisateurs, Jon Hasle et Yann Luca Hunziker pensent déjà à la programmation de l’an prochain.