Soupe de Carême et une invitée!

Vous aimez porter griffé, laissez-vous égratigner
François était le fils d’un riche commerçant de textile. Il menait une vie dissolue et rêvait de devenir chevalier. A la guerre, il est blessé, et se retrouve au cachot. Une année plus tard, lorsqu’il est libéré, il n’est plus le même.
François se distancie de ses amis et recherche la solitude. Son père le somme de rendre des comptes. François lui rappelle alors les conditions inhumaines dans lesquelles ses ouvriers travaillent dans ses ateliers. En signe de protestation contre cette exploitation, il se déshabille devant les nombreuses personnes présentes, rend ses riches vêtements à son père et sort nu dans la ville. François décide alors de ne porter qu’une simple tunique et de se mettre au service des pauvres.
Ce jeune homme, c’est St-François d’Assise, qui inspire aujourd’hui le pape François.

La campagne de Carême met le doigt sur les conditions de production de nos vêtements. Avant de sortir tout nu dans la rue pour protester, d’autres solutions s’offrent à nous.
– Un guide de voyage pour les 40 jours du Carême. Disponible dans les églises.
– Deuxième soupe de Carême: samedi 29 mars à 12h, à la salle de paroisse catholique d’Oron. Venez en famille apporter votre appui à Action de Carême et Pain Pour le Prochain.
– 200 roses vous seront proposées par des catéchumènes au prix de Fr. 5.– le samedi 29 mars. Faites-leur bon accueil.
– Achetez le pain du partage, une manière d’apporter votre soutien aux ouvrières du textile.

Olivier Rosselet, d’après le «Guide de voyage»