Savigny – Une extraordinaire troisième édition !

Festival du film d’animation du samedi 22 juin dernier

De gauche à droite : Marjolaine Perreten (présidente du festival), Sophie & Jonathan Laskar (Autour de l’Escalier), Hippolyte Cupillard (L’île d’Irène), Jenny Wright (My mother’s eyes), Camille Bovey (Caballus), Mélanie Lopez et Simon Boucly (The Stained Club)

AP. |. Ne dit-on pas qu’une première organisation suscite toujours une bienfaisante curiosité, que la seconde doit surtout rencontrer l’adhésion, mais que la suivante constitue la plus délicate des opérations, à savoir qu’elle va être observée tant par les puristes que par les indécis et les curieux. Et bien, ce récent samedi 22 juin aura détourné les médisants, il aura dissipé doutes et inquiétudes. Le Festival du film d’animation aura conquis les incrédules et écarté les sceptiques, enthousiasmant un public incroyablement dense. Il a su emporter les plus dubitatifs dans son magnifique écrin du Forum. L’affluence était déjà sur les lieux bien avant l’ouverture de la billetterie, ce qui est ainsi réjouissant puisque les premières séances sont consacrées aux spectateurs très jeunes et se déroulent tôt dans la matinée. Les familles étaient déjà présentes, dont quelques parents avaient des difficultés à maîtriser l’impatience et la précipitation bien compréhensibles des enfants. Cet engouement n’allait pas fléchir tout au long du déroulement du programme et des séances proposées. Bien au contraire, aucun ralentissement n’était constaté. Rappelons qu’une sixième projection avait dû être envisagée compte tenu de l’inconcevable volume de films adressés à la sélection (article semaine précédente). Une influence qui confirme le choix des organisateurs sur l’organisation de cette troisième édition, satisfaisant un grand public. Un autre aspect qu’il faut saluer est celui de l’intérêt des réalisateurs internationaux à se rendre à Savigny puisque près d’une vingtaine d’entre eux n’avaient pas eu crainte de faire le déplacement de l’Italie, la Hollande, la France, l’Estonie, la Croatie, la Hongrie, l’Angleterre, et même l’Espagne. Accueil, transport, hébergement, restauration, nécessitent des aspects complexes de la logistique mais cela marque l’importance d’une renommée qui s’étend et dont le public apprécie la présentation de leurs œuvres. Le Festival ne s’arrête toutefois pas à ses six projections! Les ateliers «découvertes d’animation» ont été littéralement submergés, dénotant un attrait fantastique pour la matière. La présidente du Festival, Marjolaine Perreten, n’allait pas manquer de féliciter MM. Zeballos et Noyer pour leur entrain et disponibilité à expliquer les techniques. Comme elle n’omettait pas de transmettre aux spectateurs, au début de chaque séance, informations et orientations sur le Festival et les films qui allaient être diffusés.

La présidente, Marjolaine Perreten ouvre le festival

Qui dit Festival, dit jury, et, par conséquent, «palmarès»

Celui-ci a été établi scrupuleusement et les jurés comme le public ont distingué:

Grand Prix du jury : « Coeur Fondant », de Benoît Chieux (France)

Mention spéciale du jury : « Le Chat qui pleure », d’Alain Gagnol & Jean-Loup Felicioli (France)

Prix du jury Jeune : « The Stained Club », de Mélanie Lopez, Simon Boucly, Marie Ciesielski, Alice Jaunet, Chan Stéphie Peang & Béatrice Viguier (France)

Prix du jury œucuménique : « Coeur Fondant», de Benoît Chieux (France)

Prix du public : «The Stained Club » de Mélanie Lopez, Simon Boucly, Marie Ciesielski, Alice Jaunet, Chan Stéphie Peang & Béatrice Viguier (France)

Prix du jury de La Branche : « I am Twisq », de Red Wong & Ray Mok (Honk-Kong)

Prix Délirium : « Bloody Fairy Tales », de Tereza Kovandova (République Tchèque)

Comme esquissé il y a peu, les meilleurs auspices se sont confirmés, et le succès artistique totalement remporté. Savigny est désormais un nouveau micro-centre national pour les films d’animation. A tel point que même les violents déchaînements climatiques dans l’après-midi n’ont pu rompre la chaleur de l’ambiance ni la ferveur des participants. La douche n’a été que passagère et le retour au beau l’a été pour la suite de la journée. Le soleil était de retour, et dans les cœurs et dans les esprits, les yeux encore remplis de rêve et de poésie! Un présage pour le futur et une nouvelle édition? Toute information sur www.festivalanimationsavigny.com

Un public nombreux a répondu présent tant à l’extérieur qu’à l’intérieur
Les ateliers découverte d’animation ont été submergés