RFFA: un consensus pour préserver l’attractivité économique de notre pays

Votation du 19 mai

Florence Gross, Députée PLR – Vice-présidente PLR Vaud. |. Le projet sur lequel nous sommes appelés à voter le 19 mai prochain relève d’un consensus entre les différentes forces politiques. Si la situation notamment économique de la Suisse peut être qualifiée de bonne, celle-ci n’est pas arrivée par hasard et ne nous est pas donnée «pour toujours». Dès lors, les compromis sont parfois nécessaires afin de faire perdurer cette situation. Cette réforme permet de maintenir un équilibre tant social – en assurant des recettes supplémentaires à l’AVS, qu’économique en améliorant l’équité fiscale. L’ensemble de la population pourra donc en bénéficier. Les recettes de l’AVS ne suffisent pas à garantir les rentes suite au départ à la retraite des générations dites «baby boomer». L’AVS puise déjà dans ses réserves qui risquent prochainement d’être épuisées. Pour certains, cette réforme n’est pas suffisante mais selon moi, l’inaction n’est pas non plus une solution. Cet accord apportera déjà la sécurité nécessaire à l’avenir et donnera le temps aux politiques de préparer une solution durable. Actuellement, les entreprises actives internationalement peuvent bénéficier de taux d’imposition préférentiels. Celles-ci, outre leur contribution fiscale importante pour notre pays, offrent de nombreux emplois, financent des projets de recherches, collaborent avec les PME locales. Nous devons donc maintenir leur présence sur notre territoire. Refuser cette réforme, c’est prendre le risque de les voir quitter la Suisse. Une entreprise a en effet besoin de stabilité, garante de sécurité. Un régime fiscal stable leur permettra une meilleure planification. Certes, ces entreprises paieront plus d’impôt qu’aujourd’hui mais ont garanti leur présence en Suisse. A noter que ce sont elles qui contribuent fortement au financement de l’AVS et donc que les deux volets de cette réforme ne sont pas sans lien comme peuvent le prétendre les opposants. Enfin, les communes bénéficieront également de cette réforme par l’intermédiaire de la compensation versée par la Confédération. Il y a lieu de donner des perspectives d’avenir réjouissantes à toutes les générations de notre pays. La valeur suisse du goût du travail bien fait doit perdurer. Ce qui est investi pour garantir la compétitivité économique l’est aussi dans les retraites grâce à cette réforme. C’est la raison pour laquelle je vous invite à voter oui à la RFFA le 19 mai prochain.