Rétrospective Anny Lierow à la Galerie Indigo

Jusqu’au 31 janvier

Pierre Jeanneret | D’origine russe comme son nom l’indique, Anny Lierow est née à Berne en 1879. En 1902, elle fréquente l’Atelier de Kandinsky à Munich. En fait, elle se détournera assez vite de l’art d’avant-garde pour revenir à une peinture figurative plus traditionnelle. En 1909, elle épouse le peintre René Francillon (1876-1973), qui se fera connaître par ses paysages. Les deux membres du couple ont participé à de nombreuses expositions, et leurs œuvres figurent dans plusieurs musées suisses. Anny Lierow est décédée en 1964. La rétrospective de la Galerie Indigo présente une trentaine d’œuvres de cette artiste, essentiellement des huiles, mais aussi quelques aquarelles. Ses vues de montagnes et de mazots restent assez conventionnelles. A l’exception d’une grande toile, Mischabelhörner sous la neige de 1916, qui offre une belle composition et un rendu particulièrement réussi des rochers. On notera aussi la présence de marines, peintes en Suisse ou en Bretagne. Mais c’est dans ses natures mortes représentant des fleurs qu’Anny Lierow donne le meilleur d’elle-même, notamment avec Les tulipes penchées. Sa toile la plus intéressante à nos yeux est intitulée simplement Nature morte. On y voit au premier plan un bouquet de fleurs disposées dans un vase et, derrière celui-ci, un médaillon rond où figurent trois personnages, certainement des figures religieuses inspirées par la tradition orthodoxe. On regrettera un peu, à ce propos, que l’artiste ait par trop occulté ses origines russes. Notons enfin que cette rétro-spective constitue une exposition-vente, où l’on peut acquérir une jolie toile à un prix accessible à toutes les bourses.

«Rétrospective Anny Lierow 1879-1964», Galerie Indigo, Lausanne, ch. de la Motte 1 (Bellevaux), du mardi au vendredi de 14h30 à 18h, jusqu’au 31 janvier 2020.