«Romans d’adultes» – Que sont ces ados devenus ?

«Romans d’adultes» documentaire de Béatrice et Nasser Bakhti

Colette Ramsauer |  Ils ont autour de 25 ans. A Yverdon, les réalisateurs Béatrice et Nasser Bakhti avaient suivi leur parcours d’adolescent pour le documentaire Romans d’ados. Sept ans plus tard, on les retrouve qui à Yverdon, à Vevey, Lausanne, ou en Valais. «Romans d’adultes, sur le chemin de l’indépendance» dévoile ce qu’ils sont devenus. Au-delà du succès cinématographique, qu’en pensent les protagonistes.

Tournure de saga

En 4 volets, Romans d’ados faisait l’analyse d’enfants qui tant bien que mal  tentent de se construire sur le chemin de l’âge adulte. Leurs parents participaient à la démarche. Quatre filles et trois garçons – 11-12 ans – choisis sur casting avaient pris part entre 2003 et 2010 à cette expérience peu commune leur permettant de s’exprimer librement face à la caméra et via Skype. Avec l’insouciance de leur âge, ils disaient leurs sentiments, leurs espoirs, leur mal être, plus tard leurs dérapages. La série prenait une tournure de saga qui fit salles combles et atteignit des records d’audience à la TSR.

Moins de spontanéité

Aurélie et Virginie qui ont maintenant des enfants ont quitté le navire. On peut les comprendre. En deux volets, Romans d’adultes raconte ce que sont devenus les cinq autres, Mélanie, Rachel, Jordann, Xavier, Thys. Aujourd’hui dans des scénarii préconçus, les réponses sont directes mais la spontanéité n’y est plus. Les cinq jeunes adultes – formation professionnelle acquise – nous parlent de leur vie, de leur manière de rebondir dans notre société. La réalisatrice Béatrice Bakhti les a retrouvés à Yverdon, Lausanne, Vevey et en Valais. Pour Romans d’adultes, en deux volets, elle questionne avec tact et recul tout comme au départ de l’aventure elle se glissait dans l’intimité des sept familles d’Yverdon.

Flashbacks

Pour ceux qui n’ont pas suivi Romans d’ados, des flashbacks sur la période d’adolescence rendent compréhensible leur parcours. Les cinq jeunes adultes s’expriment sur les images les concernant. Xavier: «Je ne le referais pas, mais si cela peut servir à aider d’autres jeunes à s’en sortir, cela aura valu la peine». Thys, au contraire, regrette de ne pas s’être suffisamment exprimé. «Est-ce normal ce qui nous arrive?» dira la mère de Rachel. Celle de Thys, celle de Virginie n’ont pas voulu poursuivre la démarche. Les autres parents, avouons-les un peu pris au piège, se sont engagés à nouveau.

Eclairage aux parents d’aujourd’hui 

Bien qu’il soit dans l’air du temps de s’exposer, via la téléréalité, le je montre tout sur les réseaux sociaux, il fallait faire le pas, briser une fois de plus l’intimité de la famille, certaines fragilisées parce que recomposée ou monoparentale. Romans d’adultes aurait pu se faire sans eux. Cela aurait évité de nourrir des m’as-tu vu gênants. Le documentaire peut servir d’éclairage aux parents d’aujourd’hui, les professionnels de l’adolescence et de la famille y verront un outil de travail. Les historiens du futur diront ainsi vivaient les jeunes de cette époque.

Pestalozzi rassurant

L’immersion dans la ville du nord vaudois, ses rues, son centre chargé d’histoire amène le talent du caméraman une dernière fois face au monument d’un Pestalozzi rassurant, à deux pas du château où souvenez-vous, dans Romans d’ados, avait lieu une assemblée de jeunes s’apprêtant à revendiquer leurs droits. Là où jadis on condamnait au bûcher les femmes libérées. Les temps ont bien changé!

Romans d’adultes, sur le chemin de l’indépendance, vol. 1 et 2

Documentaire, Béatrice Bakhti & Nasser Bakhti, Suisse, 2017, 90’, VF, 8/14 ans

Au cinéma d’Oron le 29 octobre, Romans d’adulte Vol.1 à 16h et Vol.2 à 18h