Que désirent ou pensent les jeunes du sport ?

A vos réflexions:  

Pierre Scheidegger, Panathlon-Club de Lausanne  |  Vision et conception du sport, de sa pratique selon LA jeune sportive!

• Fait plus facilement abstraction de la notoriété trop éphémère et recherche en premier la performance

• Accepte plus volontiers le choix entre le sport et les études dans l’optique de réaliser une performance

• Accepte également le professionnalisme, cependant n’est pas sa volonté première

• Se soumet plus volontiers aux directives de son entraîneur

• Va plus facilement au-delà de ses limites, particulièrement lors des entraînements.

«Il est intéressant de constater que les filles n’ont pas la même vision et conception que les garçons, et semblent moins attirées par le professionnalisme, à part quelques exceptions. Leur volonté est plus marquée par le résultat soit la victoire et le record, tout en gardant un œil avisé sur l’après-sport»

Le sport provoque des émotions inconnues

• Le jeune sportif recherche un besoin de reconnaissance par le sport, ce qu’il ne trouve pas forcément dans son environnement privé ou scolaire

• Souvent, pour certains, le sport les autorise à extérioriser leurs propres émotions

• La découverte de sa propre notoriété par la médiatisation de ses résultats

• La recherche d’un besoin de reconnaissance par le sport, la victoire appelle la notoriété

• Pour trouver en particulier du plaisir mais pas nécessairement la performance.

… C’est comme le grand frisson!

«Grand frisson qui peut conduire au bonheur ou à de grandes déceptions. Cependant, il est à reconnaître que derrière cette expression se cachent aussi ces moments clés que rencontrent ces jeunes sportifs, soit l’émotion justement inconnue, le frisson de la victoire. N’oublions pas néanmoins cette émotion négative traduite de déceptions et d’amertume en cas de défaite avec le rejet de son entourage qui, souvent, ne recherche au travers du jeune sportif que ses propres intérêts.»

Le rôle des médias

• Pour certains sports, les médias sont le moteur de la réussite

• Nous n’avons pas besoin des médias, on les laisse venir

• Ils viennent assez vite quand on fait des résultats

• Les médias s’intéressent plus à la vie privée du sportif qu’à ses résultats

• Ils ont beaucoup trop d’influence

• Ils ne connaissent pas très bien le sport que l’on pratique

«Situation en symbiose avec «l’apprentissage» de leur sport qui leur autorise déjà à mieux gérer, cohabiter et comprendre le rôle de chacun. En parallèle, elle leur assure une certaine maturité appelant à mieux vivre toute situation de leur jeune existence sportive. Il est vrai qu’en début de carrière… on ne tire pas sur le messager!» Cet échantillonnage de préoccupations mais surtout des réponses et aspirations de la jeunesse sportive démontre ce désir approprié de pratiquer leur discipline, surtout par plaisir, sans oublier l’importance d’un encadrement sain et valorisant.

En conclusion

On retiendra une intervention d’un adolescent prenant part au Forum des Jeunes Sportifs,  pratiquant avec plaisir et fougue son sport de prédilection: «… Quand on fait du sport, on fait au moins pas d’autres «conneries!» Là est vraiment la thématique… «sport école de vie», le respect de soi, le respect des autres. Mais aussi le respect des structures mises à disposition, du matériel et des emplacements qui, il faut le reconnaître, sont nombreux dans notre canton de Vaud. Il est plaisant de constater que la pratique du sport est culture formatrice, tout en faisant valoir cette volonté d’insertion générale par les voies du microcosme qu’il représente. Insertion qui, en temps voulu, autorisera ces jeunes devenus adultes, d’offrir leur contribution à la société qui leur a permis de se réaliser.