Puidoux – Accrochage du tableau «La petite barrière» de Pietro Sarto

La jonction entre talent et beauté se fait là

Jean-Pierre Lambelet  |  Les amoureux du Dézaley, les amoureux du chemin de La Dame reliant la Corniche à Rivaz, les amoureux du Léman, les amoureux de Lavaux, les amoureux de ce paysage unique au monde, se sont sûrement arrêtés une fois vers «La petite barrière», ce lieu magique sur le haut du chemin de La Dame, dominant vignes et lac pour contempler les mille couleurs que nous offre la palette de peintre de dame nature. Et si le voyageur amoureux s’appelle Pietro Sarto, alors la jonction entre talent et beauté se fait là, immédiatement, sur place, et les doigts magiques du peintre couvrent la toile, créent la profondeur, les espaces, les nuages, les sarments, les murs, les escaliers de pierre et bien sûr «la petite barrière»… Combien de fois l’a-t-il peinte amoureusement cette «petite barrière»? Lui-même ne le sait pas! Et c’est naturellement que ce lieu privilégié par le peintre-graveur a été restauré en 2016 et est devenu «La petite barrière à Sarto» Reconnaissant, le peintre a offert un magnifique tableau de la petite barrière telle qu’elle était en 1970 à la commune de Puidoux le vendredi 14 septembre lors d’une sympathique cérémonie en présence de l’artiste, de l’Association des amis de Pietro Sarto et de ses nombreuses connaissances. Au nom de la municipalité de Puidoux, le syndic René Gilliéron a remercié chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont participé à cette donation et la commune sera fière d’avoir une telle œuvre accrochée dans le bâtiment communal du village. Le syndic et ses collègues municipaux étaient encore totalement sous le charme et le charisme du peintre qui leur avait rendu visite quelques jours auparavant avec ce beau cadeau dans les mains. Envoûtés par la gentillesse, la simplicité et les connaissances infinies de Pietro Sarto…! Francis Thévoz, le président de l’Association des amis de Pietro Sarto, a adressé un vibrant merci à la commune de Puidoux pour son excellente collaboration simple et efficace aboutissant à ce moment marquant dans la vie d’un artiste et d’une commune. Mais, dans le fond, quel est ce peintre dont la maxime dominante est: « on n’est jamais devant un paysage, on est dedans » ? Né en 1930 à Chiasso, ce Tessinois est passé par Neuchâtel, Lausanne, Paris où il se forme à la peinture et à la gravure. Puis, retour en Suisse dans le bassin lémanique qui devient pour lui un réservoir inépuisable au service de son talent.  Avec une belle éloquence poétique, il se place à côté de son tableau et décrit ce chemin de vie qui l’a fait prendre racine au bord du Léman et comment il a découvert ce lieu qui lui a permis d’étudier et maîtriser la technique lui permettant d’inclure tout l’espace dans un tableau. S’il est vrai que la «petite barrière» au-dessus du chemin de La Dame a un peu grossi avec l’âge… (pour des raisons de sécurité), le lieu a été bien mis en valeur avec une barrière neuve et une plaque commémorative de la restauration de 2016 avec un texte de Ramuz choisit par Pietro Sarto. Merci M. Sarto pour ce que vous êtes et ce que vous faites…! La population de Puidoux vous contemplera encore longtemps au sein du bâtiment communal du village.