Puidoux – 90 ans de Jean-François Chevalley

Une empreinte de gentillesse, de simplicité et de modestie avec un brin de malice

A gauche Jocelyne Carraux-Chevalley, au centre Jean-François Chevalley et à droite Marie-José Monnat-Chevalley, soit le jubilaire et ses deux filles.

Jean-Pierre Lambelet  |  On peut aimer les chiffres un peu, moyennement, beaucoup, mais quand on vous dit 32’872 ça fait réfléchir, d’autant plus s’il s’agit du nombre de jours passés par la même personne au même endroit! Eh bien oui, Jean-François Chevalley est né le 17 mai 1928 dans la ferme familiale des Planches d’Ogoz à Puidoux et le 17 mai 2018, il y fête son 90e anniversaire entouré de sa famille. Sa maman Marie et son papa Francis l’avaient bien entouré d’un frère Aimé et de deux sœurs Yvonne et Pervenche pour former un quatuor de choc… Ecole primaire au collège de Grangeneuve dans le nord de la commune, puis une année en Suisse allemande à Sankt-Urban, au-delà de Langenthal au bord de la rivière Rot, soit un peu comme à la maison où il n’est pas très loin du Corbéron… Puis, c’est l’école de recrues dans les dragons. Mais quand on est un homme de la terre, on ne peut pas être sourd aux chants des oiseaux, aux bruissements du vent, aux grondements des tonnerres, au murmure d’un ruisseau… Que ces musiques naturelles sont douces et apaisantes, mais l’homme peut aussi créer des sons harmonieux! C’est ainsi qu’en 1947, Jean-François et quelques amis fondent une fanfare, l’Echo des Rochers, qui existe toujours aujourd’hui 71 ans plus tard. Il y a aussi une douce mélodie d’amour qui brille dans les yeux de Mathilde Wohnrau et qui séduit immédiatement le nouveau mélomane qui l’emmène vers l’autel du mariage en 1953. Marie-José et Jocelyne viendront naturellement agrandir la famille en 1965 et 1966. En 1961, Jean-François préside le Conseil communal de Puidoux et il devient municipal des écoles et des cultes de 1962 à 1972. Cette époque correspond à la construction de l’autoroute A9 et son passage dans la plaine du Verney. Beaucoup d’ouvriers s’installent à Puidoux en apportant de nouvelles recettes fiscales, mais aussi pas mal de nouveaux enfants à scolariser et il faut envisager d’édifier un collège tout neuf avec salle de gymnastique et piscine. Pour le jeune municipal Jean-François Chevalley ce fut un beau challenge mené à bien et qui a duré 40 bonnes années… Et la vie continua de s’écouler tranquillement aux Planches d’Ogoz jusqu’en 2006 où son épouse Mathilde est partie rejoindre les anges le laissant seul dans ce beau coin de pays. La cérémonie pour son 90e anniversaire fut fidèle à son image, empreinte de gentillesse, de simplicité, de modestie avec un brin de malice. Après avoir écouté le message du syndic René Gilliéron et reçu les présents de la commune, le discours de Jacques Chevalley pour le Fil d’Argent, il a attendu celui du pasteur Eric Bornand en le priant de ne pas y mettre d’éloges…! C’est tout Jean-François ça…! Merci Jean-François Chevalley pour ton élégance dans la douceur et la chaleur des relations humaines! Reste-nous encore longtemps…