Portrait d’un peintre en or : Germain Ayer

JPG | Non seulement connu, mais estimé dans la région de Lavaux, Germain Ayer a mis de la couleur sur nombre de bâtiments depuis qu’il s’était mis à son compte en 1979 et ce jusqu’en 2006 où il a remis son entreprise à Joseph De Pari. Né le 25 septembre 1936 dans le village de Gruyères, il a suivi ses écoles au village avant d’accomplir un apprentissage de peintre-décorateur à Bulle, dans la maison Cesa. Il a aussi été formé à la dorure à la feuille, spécialité qu’il continue à exercer à titre de hobby. Des dix employés qu’il a eu comptés au plus fort de son entreprise, plusieurs sont devenus, à leur tour, indépendants.
Telle celle du Caveau des vignerons de Cully, de nombreuses enseignes de la région portent la signature de Germain Ayer. Citons celles de l’Auberge de la Poste à Grandvaux, le vigneron Chevalley à Treytorrens, le Coq d’Aran-Villette, les goulots de la fontaine de Riex, etc.
Homme sociable, Germain Ayer, qui a eu trois enfants avec son épouse Mado née Noverraz,  fait encore partie de la Société de gym de Cully. Il a fréquenté de nombreuses années les sièges du Conseil communal de Cully. De forte constitution, il s’est offert, pour ses 50 ans, le trajet Cully-Paris en trois jours en tandem… Il a frappé aussi le brigadier durant 16 ans au Théâtre municipal de Lausanne en qualité de chef accessoiriste.
Outre la dorure qu’il pratique encore pour ses loisirs, il peint aussi des poyas pour le plus grand plaisir de leurs bénéficiaires.
Il nous a confié la façon de pratiquer la dorure à la feuille qui a quasiment une durée à vie. Sur la pièce façonnée par un serrurier, est appliquée une peinture de carrosserie jaune. Celle-ci est recouverte d’une couche incolore appelée «mixtion» de l’entreprise Charbonnel/F. Après trois heures d’attente, les feuilles d’or 22 ct, 80 mm x 80 mm, sont appliquées et lissées l’une après l’autre au pinceau. C’est un vrai travail de patience qui, pour la dorure de l’enseigne du Caveau des vignerons de Cully, a duré une dizaine de jours.
Merci Germain Ayer de nous avoir livré une partie de vos passions avec enthousiasme et joie de vivre.