Plus vite – plus loin – plus haut !

Oui, une belle leçon de vie et de respect que l’on a peut-être un peu vite oublié

Pierre Scheidegger, Panathlon – Club Lausanne. |. On doit reconnaître que le sport moderne est le parfait «jumeau» de la société! La croyance en la possibilité de régulièrement repousser les limites de l’exploit, du record peut troubler plus d’un spécialiste.

Plus vite, plus loin, plus haut ? Des records, des athlètes au meilleur de leur forme. L’élite mondiale est désirée sur un…  plateau! Le spectateur, avide d’exploit, se presse de plus en plus nombreux dans l’espoir de vivre… l’intouchable, le rêve… souvent improbable! Mais voilà, en sport le miracle n’existe pas… même par la prière!

Alors ? Toujours plus vite ? On peut reprendre et résumer ce qui se gère, aujourd’hui par l’idée ou la croyance d’une possibilité de sans cesse faire mieux en repoussant les limites du corps et de l’esprit. Il est vrai qu’il faut toujours : un entraînement plus intensif, mieux conduit, mieux planifié. Par une meilleure technique et par une meilleure récupération. Par un meilleur encadrement et par un matériel toujours plus adapté. Une meilleure préparation psychologique et un meilleur suivi médical. Par une alimentation des mieux adaptée… par… par… par… 

Alors ? Toujours plus loin ? Toujours plus loin dans une préparation exclusive au résultat? L’interrogation pointe à l’horizon si l’être n’arrive pas aux confins de ses possibilités… sans apport! Et… l’attrait magique des produits miracles n’est pas si éloigné des «contrats faramineux» que l’on offre, quasi sans pudeur.

Alors ? Toujours plus haut ? Même si certains records deviennent de plus en plus inaccessibles, il en est certains qui peuvent surprendre. Sans critique aucune, comment peut-on continuer à occulter cette indécence que représente l’argent sur la planète sport? Tristement, au même titre que les substituts interdits, l’argent, il faut le reconnaître, dénature la crédibilité du sport qui, de plus en plus entré dans les mœurs, est malheureusement accepté. Et pourtant, l’attrait «magique» de ce modernisme sur la jeunesse n’est qu’un mirage par l’oubli de la masse d’entraînement et privations dont chaque champion doit s’astreindre tout au long de nombreuses années. Le salaire, si haut soit-il, ne se gagne pas qu’en rêve! Mais il est vrai que chacun cherche à gravir son propre Everest! Néanmoins, faut-il le rappeler, juste pour mémoire, il n’a jamais été question tout au long des Jeux olympiques de… l’Antiquité, de battre des records, mais bien de remporter la victoire. Oui, une belle leçon de vie et de respect que l’on a peut-être un peu vite oublié: Présent au départ… présent à l’arrivée? On appelle ça le plaisir!