Pin-pon !

Hommage doit être rendu à ces hommes de l’ombre qui, de jour comme de nuit, en tous temps et toutes saisons, réagissent au quart de tour à nos appels souvent désespérés. L’urgence qui amène les sapeurs-pompiers à s’arrêter devant la maison est rarement agréable, mais l’apparition de ces professionnels est une réelle bénédiction. Rompus à  toutes sortes de sinistres, ils portent un savoir-faire qui en fait souvent des héros. Des héros méconnus tant que les choses vont bien et incontournables lorsque les choses tournent au vinaigre. L’hiver, à son habitude, a amené son lot de neige, de froid et de pluie, rien d’exceptionnel serait-on porté à penser… si ce n’est un extraordinaire travail des Services de défense contre l’incendie et de secours (SDIS) en fin d’année devant la quantité d’eau accumulée dans les sols. La majorité des interventions effectuées dans les hauts du district ont été liées à l’eau. Pompages et protection, renforcement de digues et nettoyages de boues ont largement occupé les brigades. La géographie variée du district, passant de terres vallonnées à des terres plus escarpées, ont donné bien du fil à retordre aux trois brigades qui couvrent le district. Mais si l’on s’attache à la diversité des défis relevés, il faut aussi ajouter que la nature n’a que faire des jours ouvrables et des horaires d’ouverture des bureaux… Par conséquent, peu de chances pour ces combattants, bénévoles jusque récemment, d’adopter une routine quotidienne. Votre hebdomadaire a mené l’enquête et rend ici hommage à ces soldats de l’ombre qui contribuent de manière quotidienne au confort de notre région.