Paudex : porte d’entrée occidentale du district de Lavaux-Oron

Jean-Gabriel Linder   |  Avec cafés et croissants, Paudex a accueilli l’Association du Vieux Lavaux, en son Centre communal samedi 10 juin dernier. Un court film présentant la commune de Paudex fut d’abord projeté aux visiteurs; réalisé par Michel Nussbaumer en 2014, on y apprend notamment que ce territoire de 48 hectares, bordant le lac Léman sur 500 mètres est limité à l’ouest par la Paudèze, au nord par le Flonzel et, à l’est, par le Bellingard; le nom de Paudex pourrait être issu du latin palus, (-udis), – le marécage –, attestant de ces cours d’eau autrefois envahissants. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui l’eau a laissé place aux habitations et à des espaces préservés, jardins, vignes et forêt. La commune héberge aussi quelques entreprises, notamment le manufacturier horloger Blancpain, le siège suisse de Nespresso [réd.: 2010-2017] et le Centre patronal vaudois depuis 2000. On y recensait 1492 habitants au 31 décembre 2015; citons-en trois, entrés dans l’Histoire: Isaac Loys, seigneur du château de Bochat qui domine le village, lieutenant baillival, il instruisit le procès contre le major Davel en 1723; Philippe de Laharpe (né à Paudex en 1830, mort à Lausanne en 1882), médecin et paléontologue; enfin, Jean-Pascal Delamuraz (1936-1998), auquel le film rend particulièrement hommage. J.-P. Delamuraz passa son enfance au garage de son père Henri Delamuraz (syndic de Paudex, 1950-1969), puis il entreprit une ambitieuse carrière politique qui l’amena au Conseil fédéral en 1983; il fut président de la Confédération en 1989 et 1996.

En face de l’ancien petit garage Delamuraz, d’architecture industrielle art déco, s’étend le complexe des trois bâtiments du Centre patronal «La Verrière», réalisés par les architectes Pierre et Fabien Steiner. Sous la houlette de Frédéric Bonjour, directeur du département de la formation et du service marketing et des ventes, et de Jean-Marc Bovy, ancien collaborateur, les participants ont découvert les installations et les activités de cette organisation patronale; forte de 270 collaborateurs à Paudex, et de 30 à Berne, elle assure le secrétariat de la Fédération patronale vaudoise (FPV) et de plus de 180 associations professionnelles et groupements d’intérêts; elle est aussi un important acteur politique, – en 2015, la FPV comptait plus de 32’000 membres (personnes morales et indépendants) et 120 associations affiliées. Ce type d’association trouve son origine dans les corporations de métiers, au Moyen Age.

C’est par une verrée, à «La Mine», le carnotzet du Centre patronal, aménagé en référence à la «Houillière de Paudex» – des mines de charbon, dites de la Paudèze, ont été exploitées du XVIIIe siècle jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale – que prit agréablement fin l’intéressante visite d’un matin ensoleillé.