Parents 2.0 ou comment être (de bons) parents à l’ère d’Internet

Mathieu Janin | L’APE-Jorat a organisé une conférence jeudi 30 avril dans la salle communale des Cullayes. Parents et enseignants se sont rendus sur place pour découvrir l’utilisation numérique de nos enfants âgés de 12 à 19 ans à travers les résultats de l’étude JAMES 2014 et apprendre à mettre sur pied une véritable stratégie parentale en matière de consommation de nouveaux médias. Selon l’étude, en 2014, le smartphone est définitivement établi chez les jeunes suisses: 98% d’entre eux possèdent un téléphone portable, dont 97% un smartphone. En 2010, à peine la moitié des jeunes utilisateurs de téléphone portable possédait un smartphone (2012: 79%).

Naviguer en déplacement plutôt que téléphoner
L’arrivée du smartphone a depuis 2010 fortement modifié l’utilisation du téléphone portable. Les jeunes ne font pas que téléphoner avec le smartphone, musique, internet, photos, e-mails ou jeux sont autant d’occupations annexes. L’utilisation de l’Internet mobile a enregistré la plus importante évolution: en 2010, seulement 16% des jeunes interrogés surfaient sur le réseau avec leur téléphone portable. Ils sont aujourd’hui 87% (2012: 68%). A titre de comparaison, l’usage du téléphone classique a dans le même temps reculé de 80 à 71% (2012: 81%).
La durée de navigation reste constante
Les jeunes Suisses qui ne possèdent pas de smartphone ne manquent toutefois pas d’accès à Internet: 99% des foyers dans lesquels ils vivent sont équipés d’un ordinateur fixe ou d’un portable avec accès à Internet. Avec deux heures environ de navigation quotidienne en semaine, la durée n’a pas évolué au cours des dernières années. Elle est restée constante le week-end, avec trois heures. Trois jeunes sur quatre échangent régulièrement via les réseaux sociaux. 89% d’entre eux possèdent un compte sur au moins un réseau social. En 2014, Facebook reste le plus populaire, suivi de près par Instagram. Google+ et Twitter ont également vu augmenter leur nombre d’utilisateurs.

Les jeunes surfent généralement de manière plus sécurisée
Si le thème de la protection des données demeure aussi important, les expériences négatives n’ont pas reculé ces dernières années: 22% ont indiqué avoir subi des menaces sur Internet (2012: 17%; 2010: 20%). Plus de 12% des adolescents consultés ont été victimes de harcèlement ou de fausses informations (2012: 3%; 2010: 10%). Un jeune sur cinq a par ailleurs reçu des invitations indésirables à connotation sexuelle. Il est par conséquent important que les jeunes soient accompagnés et se familiarisent activement avec l’utilisation de ces médias.

Les portails d’informations supplantent les journaux gratuits
On constate en revanche, dans le classement des occupations de loisirs les plus populaires, une modification importante de la consommation de journaux. On observe ainsi une tendance à la baisse de la lecture de journaux et revues sur papier. 35% des jeunes interrogés continuent à lire des journaux gratuits quotidiennement ou plusieurs fois par semaine (2012: 49%), mais les quotidiens sont de plus en plus souvent consultés en ligne: près d’un tiers consulte souvent les portails d’informations sur Internet (2012: 26%).

Stratégie numérique parentale
Mathieu Janin, le conférencier de la soirée et président de l’APE-Jorat, a expliqué le besoin qu’ont nos enfants de modèles parentaux compétents dans l’usage des nouveaux médias.
Le conférencier a proposé quelques pistes. La tenue conjointe parents-enfants d’un journal d’utilisation des médias recensant les types de médias utilisés, leur fréquence et leur but d’utilisation, la comparaison de l’utilisation de l’enfant et des parents ainsi que la tenue de discussions régulières sur leurs attitudes respectives à l’égard des médias et services numériques ont été suggérés. Afin que les enfants puissent considérer leurs parents comme des modèles, il importe que les parents se questionnent régulièrement sur l’importance des nouveaux médias et communiquent ouvertement au sujet des facteurs dérangeants.

Comment encadrer son enfant dans l’usage quotidien des médias?
•    Discutez avec votre enfant de ses intérêts et de ses habitudes (tchat, jeux, navigation sur le web, réseaux sociaux). Certains sujets vous sont-ils étrangers? Laissez votre enfant vous les expliquer. Il sera fier de vous montrer ce qu’il sait.
•    Imposez des limites là où elles sont nécessaires. Et définissez ensemble des règles d’utilisation des médias numériques. Mettez-vous aussi d’accord sur la manière dont vous comptez en contrôler le respect. Pensez-y : surveiller en secret ne crée pas la confiance.
•    Evitez de tout interdire, car interdire à votre enfant d’utiliser un mobile ou Internet, c’est le priver d’un apprentissage et d’une appartenance sociale essentiels pour l’avenir. Les médias font aujourd’hui partie du quotidien. Les enfants doivent apprendre à s’en servir de façon raisonnable.
•    Amenez votre enfant à vous parler des rencontres virtuelles désagréables qu’il a pu faire, des propos déplacés ou des contenus choquants (violence, pornographie) auxquels il a pu être confronté. Ne lui faites pas de reproches, mais cherchez des solutions avec lui. Réfléchissez aussi ensemble à la manière d’empêcher de telles expériences.
•    Familiarisez-vous avec les risques potentiels de l’utilisation des médias et expliquez à votre enfant comment il peut s’en protéger (par exemple, en ne donnant jamais rendez-vous à des personnes rencontrées sur Internet).
•    Soyez attentif aux limites d’âge et aux indications de contenu des jeux vidéo et des films.
•    Utilisez les possibilités techniques de protection pour les mobiles et Internet (par ex. filtres).
•    Renseignez-vous sur des sites spécialisés, par ex. sur www.safersurfing.ch
ou habilomedias.ca.

Une discussion nourrie avec le public présent a démontré l’intérêt parental pour une bonne éducation en matière de médias sociaux. Certains parents ont exprimé leur volonté de voir l’institution scolaire prendre mieux en charge l’éducation numérique de leurs enfants. Mais il ne serait pas judicieux que les parents délèguent cette responsabilité à l’école. Certains établissements scolaires ont développé des compétences particulières dans ce domaine dans le cadre d’un projet d’établissement. Ce pourrait être une bonne idée à développer et un nouveau partenariat à mettre en place avec l’établissement scolaire du Jorat en partenariat avec l’APE-Jorat. Une idée à creuser dans le cadre du futur Conseil d’établissement encore à créer? L’avenir nous le dira.

Infos: www.ape-jorat.ch