P T T (Petit Travail Tranquille)

P T T (Petit Travail Tranquille)  |  Démantelée en janvier 1998, l’administration publique des postes, téléphones et télégraphes n’en a pas moins gardé son statut de service public. Réincarnée en deux entreprises distinctes – laissant le télégraphe au musée – la téléphonie fut attribuée à Swisscom et la poste à… La Poste.

Bien qu’il y ait d’évidentes différences entre ces deux entités, elles ont bien des points communs et plus particulièrement au niveau structurel de par leur goût prononcé pour la valse chaloupée entre public et privé, service universel et quête de rendement.

L’actualité récente a éclairé d’une lumière jaune cette géante et lui donne un teint blafard… L’entreprise n’est pas malade, tout au plus allergique aux termes « service public » et « universel ». Ces termes sont pourtant inscrits dans la Constitution fédérale depuis sa naissance en 1848…

Le mouvement de démantèlement des PTT initié en 1998 se poursuit maintenant au sein même de La Poste : réduction du nombre d’offices postaux (-30% et toujours pas rentable ?!), transport de colis en sous-traitance (la flotte de cars postaux insuffisante et pourtant bien subventionnée ?!) et augmentation des frais de distribution (changement d’habitudes des usagers…) C’est à se demander si le Géant Jaune possède actuellement encore un cahier des charges ou si la méthodologie de Bernard Tapie ne serait pas devenue le livre de chevet des membres de la direction !

La Poste a pourtant une vocation de service public et universel ! C’est à cette aune que l’on découvre soudainement qu’elle a été subventionnée par le contribuable à hauteur de 78 millions en huit ans. Ni la direction, ni les organes internes de contrôle pas plus que l’OFT ne s’en sont aperçus ! Ça alors ! Une petite erreur comptable dont la responsabilité sera sans doute endossée par le lampiste de service, la direction n’est évidemment pas responsable… mais ça nous le savions déjà…

Quant à savoir si l’évaluation de rentabilité (à la baisse) des offices postaux locaux a aussi été conduite par le lampiste de service ?… il n’y a qu’un pas que je franchis avec allégresse, Madame Ruoff, vous pourrez continuer à dormir du sommeil du juste pendant que nous rions jaune.